AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ménage à trois - Alexiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2494
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Ménage à trois - Alexiel   Jeu 6 Nov 2014 - 17:15

Pseudo de l'auteur : Alexiel

Nombre de chapitres : 1

Rating de l'histoire : G
Genre de l'histoire : Romance - Drame

Résumé de l'histoire :

Lucy et Léo sont amis depuis longtemps, quand celui-ci lui propose d'aller à une soirée, elle ne se doute pas de la suite. En effet, elle va rencontrer là-bas Audrey, dont elle va irrémédiablement tomber amoureuse. Cet amour sera réciproque. Mais c'est sans compter sur Sandro, le petit ami d'Audrey depuis 4 ans, et sur la drôle de proposition qu'Audrey a faite à Lucy, à savoir d'être avec elle, tout en restant avec Sandro.


Terminée et Corrigée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2494
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Ménage à trois - Alexiel   Jeu 6 Nov 2014 - 17:19

Ce n'est pas comme toutes les histoires qui commencent dans une nouvelle ville, ou l'héroïne ne connait personne. Je ne suis même pas une héroïne à dire vrai je suis plutôt l'inverse. Et la ville, c'est celle que je connais depuis toute petite.


" Allo ? Allo ? Lucy répond c'est Léo ! Lucy ? Allo ? Bon bah rappelle-moi, Bisous. "

Pourquoi ce téléphone n'est pas intelligent, je dors, il pourrait se mettre en veille quand je dors non ? Et puis qui peut bien m'appeler à cette heure-ci, c'est tôt. Un rapide coup d'œil sur mon réveil. Bon d'accord, d'accord, 13h30 ce n'est pas si tôt. Je me lève donc, je prends mon petit déjeuner vite fait, et je vais à la douche. Puis je décide de rappeler Léo.

" Allo, Léo, c'est Lucy ! Désolée je dormais ça va ? "

" Flémarde ! Oui ça va. Bon je t'appelle pour les affaires, y'a une soirée ce soir chez Eva. J'avais pensé qu'on pourrait passer la journée ensemble et après on serait allés chez Eva, sauf si tu veux te rendormir "

" Non ça va aller. Bah écoute, je finis de me préparer et je passe te chercher, ok ? "

" Ok à tout à l'heure puce. "


Je finissais donc de me préparer, et prenais des affaires pour ce soir, puis partais rejoindre Léo. Un ami depuis quelques années mais que j'aurais pu connaître depuis toujours, à qui je tenais beaucoup. Donc la journée comme prévue, superbe. De toute façon à chaque moment passé avec lui c'est toujours pareil, on s'éclate. Jusqu'au moment où sans m'y attendre, je croisais celle qui avait partagé un petit bout de ma vie, il y a quelques années, et qui refaisais son apparition comme ça de temps en temps histoire de me désarçonner. Julie. Elle avançait vers moi, et je ne bougeais pas, les yeux rivés sur elle. Non pas qu'elle me faisait encore de l'effet, juste parce que je ne sais comment l'expliquer.

" Salut Lucy ça va ? Tu te souviens de moi "

Comment ne pas me souvenir d'elle ? Celle qui m'avait brisée le cœur. Celle qui m'avait pour la première fois aussi, aimée.

" Oui, ça va et toi ? "

" Moi c'est Léo, enchanté ! Ou pas ! Si Lucy se souvient de toi, moi non, tu es ? "

" Enchanté aussi. Je m'appelle Julie, une ancienne… amie… de Lucy. "

" Léo. Le meilleur ami de Lucy, tu nous excuse on est assez pressés. "


Et c'est comme ça qu'on est parti, et que Julie resta en plan sur la place. Avant de rejoindre ses amis à l'autre bout.

" Je l'aime pas cette fille, c'est qui ? "

" De l'histoire ancienne, t'inquiète pas. "

Puis on est parti se changer chez les parents de Léo, et mis un point final à l'histoire de Julie. Arrivés devant chez Eva, il y avait beaucoup de monde, peu que je connaissais, mais Léo était avec moi, alors rien ne pouvait m'arriver. Après quelques présentations habituelles, et le bonjour d'Eva la soif me venait en gorge

" J'vais boire un coup tu veux quelque chose ? "

" Un coca, ou quelque chose sans alcool, s'il te plait. "

" Ok j'reviens "


Arrivée au bar, un amas de personnes étant devant je devais attendre. Eva avait fait venir son cousin exprès qui était barman et qui avait tout installé, comme dans un vrai petit bar de quartier.

" Y'a du monde hein ? "

Qui me parle ? Qui est là ? Eva ? Non je ne connais pas cette voix, je me retourne. Une magnifique jeune fille était à mes côtés, et me souriais. Moi ? Vous me parlez à moi ?

" Pardon ? "

" Je te disais, qu'il y avait du monde, on pourrait presque mourir de soif. "

" Effectivement, si ça continue je vais aller me servir moi-même "

" Tu le ferais ? "

" Eva est une connaissance, mais elle connait très bien mon meilleur ami, alors je pense qu'elle ne m'en voudra pas. "

" Eva est une amie d'enfance, elle m'en voudra encore moins, je t'offre quelque chose à boire ? "

" Avec plaisir, je vous suis chère demoiselle "

" Audrey, je m'appelle Audrey. "

" Et moi Lucy "

" Que bois-tu chère Lucy ? "

" Que me proposez-vous ? "

" Tout ce que vous voulez "

Un petit jeu s'installa entre nous, à peine quelques secondes après notre rencontre, le feeling passa, et on éclata de rire. On échangeait des regards complices, on rigolait, on souriait.

" Et bien. Je crois que je pouvais l'attendre mon verre, je comprends pourquoi il ne venait pas. Tu aurais pu me le dire que tu connaissais Audrey. "

" Ah mais euh oui, non, enfin euh quoi ? "

" Non rien je vais me servir moi-même. Et toi arrête de boire ou je te ramène "

" Oui mon capitaine ! A vos ordres Chef ! "


A ce moment là Audrey posa son bras sur mon épaule, puis nos regards se croisèrent, et nous sommes partis d'un fou rire, qui ne pouvait cesser. Impossible de s'arrêter.

On passa une bonne partie de la soirée, comme ça toutes les deux à rire, à parler, à se découvrir.

" Audrey, Sandro vient d'arriver, il te cherche. On va y aller Lucy ? "

" Dis-lui de venir, j'veux lui présenter Lucy. Après je vous laisse partir promis "


Sandro était un jeune homme, très élégant, pantalon noir, petite chemise blanche, cheveux courts brun, coiffure impeccable. Très beau jeune homme. Ils allaient bien ensemble. Ils s'étaient bien trouvés tout les deux.

" Sandro, Lucy. Lucy, Sandro. "

" Enchantée, elle m'a beaucoup parlé de toi ce soir. Je suis contente de pouvoir mettre un visage sur ton nom "

" De même, malheureusement elle ne m'a jamais parlé de toi, mais je pense que je vais en apprendre pas mal dans les prochains jours. Bébé on ne va pas tarder, et puis je crois que Léo veut rentrer aussi. Vous vous rappelez dans la semaine et vous continuerez, non ? "

" Oui, on y va, à bientôt Lucy, je t'appelle ou n'hésite pas toi, si tu veux me voir. "

" Pas de soucis. Rentrez bien. "


L'au revoir fait, je rejoignais Léo, et nous sommes rentrés. A peine le temps de se coucher que je m'endormais déjà.

Les semaines passées, et Audrey et moi devenions de plus en plus proche, à se voir tous les jours. Notre relation évoluait de jour en jour, on continuait de rire, de s'amuser, de parler. De tout de rien. On pouvait passer des journées entières à faire des jeux de société dans un parc, ou à regarder la télé. Comme tous les mercredis on partait se balader, aujourd'hui c'était les magasins, et puis la mère d'Audrey nous accompagnait, elle voulait une robe pour les beaux jours. En sortant du premier magasin, je tombais pratiquement nez à nez avec Julie. Encore une fois. Elle me faisait un signe de main, alors j'allais à sa rencontre.

" Salut, je te laisse quelques semaines et tu me remplaces déjà ? "

" Ça fait des années que je t'ai remplacée Julie. Et non c'est juste une amie. "

" Ok, Ok ! T'énerve pas je rigolais. En tout cas elle est jolie. Célibataire ? "

" Prise, laisse la tranquille, elle n'est pas intéressée. J'dois y aller, et tu devrais partir aussi. "

Après ces quelques mots je repartais vers Audrey et sa mère.

" C'est qui ? "

" Une ancienne connaissance, rien d'important. "

" Elle n'a pas l'air si ancienne que ça, tu la connais d'où ? "

" Je suis sortie avec elle il y a quelques années, et je la croise occasionnellement malheureusement. "

" Elle te voulait quoi ? Tu as toujours des sentiments pour elle ? "

" Elle voulait savoir si tu étais célibataire, et non je n'ai aucun sentiment pour elle "

" Tu lui as dis quoi ? "

" Les filles, cette robe elle me va bien ou pas ? Les filles ? "


Audrey me regardait dans les yeux, comme si elle m'en voulait, elle cherchait peut-être autre chose, je ne sais pas.

" Bon ok, si je vous gène il faut le dire ? "

Je regardais Audrey, les yeux pleins de regrets, et me tournais vers la mère de celle-ci. La robe blanche qu'elle portait lui allait très bien.

" Non, excusez-nous. Celle-là me plait bien, elle vous va super bien. Regardez-vous dans la glace, c'est celle qui vous va le mieux. "

" Oui maman, elle a raison, celle là est très jolie, tu devrais prendre celle là. "

" Bon bah c'est bon, je la prends. Merci les filles. Après je vous laisse, j'ai un rendez-vous. "


Sa mère rentrait dans la cabine et Audrey et moi se tournions instinctivement l'une vers l'autre.

" Donc, tu lui as dis quoi ? "

" Que tu étais prise. Et que les filles ne t'intéressaient pas. Donc qu'il fallait qu'elle te laisse tranquille "

" Ce n'est pas moi qu'elle voulait, elle essayait de te rendre jalouse, oui. "

" Non, tu lui as plu. Belle comme tu es ça m'étonnes pas. "

" Ouais. Tu viens à l'appart ce soir ? Sandro sera en soirée avec ses potes, et Eva est avec Léo. "

" Je crois que c'est bien parti tous les deux, depuis le temps qu'ils se cherchent, ils vont finir ensemble. "

" Eva est une fille qui plait beaucoup, c'est vrai. C'est une belle fille, ce serait bien qu'ils soient ensemble. Eva est un peu ma sœur, et Léo un peu ton frère, on serait belles sœurs toutes les deux. "

" Oui. Je viens à quelle heure ce soir ? "

" Bah tu viens tout de suite, vu que ma mère part. "

" Bon les filles vous venez on paye et j'y vais. "

" On arrive. "
A l'unisson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2494
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Ménage à trois - Alexiel   Jeu 6 Nov 2014 - 17:22

Une fois payé on est reparties, la mère d'Audrey de son côté, et Audrey et moi du nôtre.

Il y avait depuis Julie un froid entre nous, une distance. Je n'en comprenais pas bien la raison. Mais il fallait que je lui en parle.

" Sandro nous propose de passer la soirée avec lui et ses potes ce soir, on y va ? "

" Non, vas-y toi si tu veux, mais moi j'ai pas très envie. Tout va bien ? "

" Oui, pourquoi ça n'irait pas ? Y'a pas de raison que ça n'aille pas, tout va bien. "

" Ok… Ok… J'ai rien dis alors. Tu devrais te préparer pour aller voir Sandro. Moi j'vais rentrer, je ne vais pas te déranger plus. "

" Tu me déranges pas. Et puis, il peut attendre. Tu comptes la revoir ? "

" Qui ? "

" L'autre là, Julie. "

" Non. Si je la croise je lui dirais bonjour c'est tout. "

" Tu veux boire quelque chose ? "

" Non merci, j'vais y aller. "

" Ok. Bonne soirée alors. On se voit demain ? "

" Si tu veux, mais je serais sûrement avec Léo. "

" Pas grave, je t'appelle "


Puis je sortis. Sur le chemin du retour Léo tout excité m'appelait pour m'expliquer ce qu'il s'était passé avec Eva. Je passais le voir pour qu'on parle.

Léo me raconta qu'avec Eva, ils avaient fait une balade, puis il l'avait invité au restaurant, et enfin ils s'étaient retrouvés chez Eva à discuter. Il l'avait embrassé, mais il avait peur qu'il n'y ait pas de suite. Je tentais de le rassurer comme je pouvais, jusqu'à ce qu'il s'endorme, et que le sommeil me gagne aussi. Cette nuit là j'ai rêvé d'elle… D'elle, de moi, de nous… De ce qui pourrait être nous, de ce que j'espérais pouvoir être nous. Pourquoi je rêve de ça ?


Allo ? Oui ? Quoi ? C'était la télécommande. J'allumais la lumière et cherchait mon téléphone.

" Allo ? "

" Lucy ? C'est Audrey. Désolée de te réveiller "


Audrey pleurait au téléphone mais elle essayait de ne rien laisser paraître.

" Pas grave, ça va ? "

" Oui, enfin non. Tu ne veux pas venir ? "

" C'est Sandro ? Vous vous êtes disputés ? "

" Non, on s'est pas disputés, j'ai juste envie de te voir, et j'en ai besoin… "

" Euh… D'accord, bah je laisse un mot à Léo et j'arrive. Tu es à l'appart ? "

" Oui, merci. A tout de suite. "

J'écrivis à Léo que je partais chez Audrey, mais qu'il ne fallait pas qu'il s'inquiète. Je supposais une dispute avec Sandro, même si elle me disait le contraire. En route j'essayais quand même de tourner dans ma tête ce qui avait bien pu se passer, ils s'entendaient tellement bien. Arrivée devant la porte, je sonnai à l'interphone, Audrey ne tardait pas à me répondre et à m'ouvrir. A peine arrivée devant la porte qu'elle m'ouvrait et me sautait dans les bras.

" Merci d'être venue. Je suis vraiment désolée… Je m'en veux si tu savais. "

" De rien c'est normal. Hey t'as rien fait, t'as pas à être désolée. Qu'est ce qu'il se passe "

" Si… Tu sais j'étais avec Sandro et je pensais à toi, et à ce qu'il s'est passé cette après midi, je n'avais pas à juger cette Julie, mais c'était plus fort que moi. Je m'en veux… "

" T'inquiète pas. La soirée s'est bien passée quand même ? "

" Sandro a vu que j'étais contrariée, et je lui ai expliqué, et vu que j'avais un peu bu, il m'a ramené à l'appartement. Il m'a dit de t'en parler. Alors je t'ai appelé. "

" D'accord. T'inquiète pas ce n'est pas grave. "

" Prends-moi dans tes bras "


Assises toutes les deux sur le canapé, je passais mes bras autour d'elle. Elle est venue d'elle-même se blottir contre moi, et me serrer fort. On est restées longtemps comme ça, sans parler, dans les bras l'une de l'autre. Je décidais de briser le silence.

" Audrey… Je… "

" S'il te plait… Laisse-moi encore quelques minutes comme ça dans tes bras… "

" D'accord… "


Je sentais que son cœur battait vite, je lui caressais les cheveux en espérant l'apaiser. Quand son visage se releva sur le mien et que ses yeux me fixèrent, je compris qu'elle essayait de me dire quelque chose, mais qu'il n'y aurait aucun mot de sorti.

Ses yeux se baissèrent et je sentais qu'elle pleurait. Ma main releva son visage vers moi, et essuya ses larmes, j'esquissai un sourire, qu'elle me rendit, tout n'était que tendresse entre elle et moi. Elle s'approcha de moi et un feu d'artifice éclata en moi. Ses lèvres sur les miennes. Elle m'embrassait. Non. Nous nous embrassions. A ce moment là il n'y avait plus de Sandro. Plus personne. A part elle et moi. Je sentais qu'elle voulait aller plus loin. Mais redescendant sur terre, me souvenant qu'elle avait bu, et l'image de Sandro me revenant en mémoire, je n'ai pas pu. Je l'accompagnais donc se coucher, et m'amourachais du canapé pour la nuit. J'hésitais à partir très tôt le lendemain matin, ou me confondre en excuses jusqu'à ce qu'elle daigne me pardonner de cet écart. Mais le sommeil me gagna vite. Contre toute attente au matin Audrey était réveillée avant moi, accroupi devant le canapé face à moi, elle me caressait le visage en me regardant doucement m'éveiller. Comme si ce qui s'était passé la veille était tout à fait normal et moral. Comme si elle n'avait jamais été en couple depuis 4 ans avec Sandro. Comme si tout allait bien.

" Bonjour toi. Tu as bien dormi sur le canapé ? Désolée il n'est pas très confortable "

" Je… Oui merci… "

" Tu veux manger quelque chose ? J'ai préparé le petit déjeuner. "

" Oui, je veux bien. "

" Je te laisse te réveiller, je vais finir de préparer " Elle m'embrassa.


Une fois levée et installée à table, j'hésitais à lui parler de ce qu'il se passait entre nous. Je ne savais comment aborder le sujet.

" Tu es réveillée depuis longtemps toi ? "

" Environ une heure. J'en ai profité pour te regarder dormir. " En passant derrière moi, sa main s'égarait dans mon dos et me fit frissonner.

" Je… "

" Tu devrais manger, ça va refroidir "


Je décidais de me lancer, la situation était suffisamment embarrassante.

" Il faut qu'on parle tu ne crois pas ? Ce qu'il se passe là, entre nous ? T'as pensé à Sandro ? "

" Je vais prendre ma douche, tu devrais vraiment manger, c'est le repas le plus important de toute la journée "


Je me levai, attrapai son bras et la tirai à moi.

" Tu la prendras après ta douche, j'ai vraiment besoin qu'on en parle. Ce qu'il s'est passé cette nuit, ça veut dire quoi pour toi ? "

Ses mains sur mon visage m'incitaient à me taire pour laisser parler le désir, mais je ne pus m'y résigner il fallait que je sache.

" Tu me plais, depuis le début tu me plais, et plus on se voyait et plus tu me plaisais. Sauf que je ne pouvais pas te le dire. Et quand je t'ai vu avec cette Julie, j'ai compris que si je ne te le disais pas, je risquais de te perdre, et je ne veux pas te perdre, parce que… Parce que… "

" Attends, et Sandro dans tous ça ? "

" Il est au courant je lui en ai parlé… Et il… "

" Quoi ? Il sait pour hier soir ? "

" Oui… Mais il s'en doutait. Mais tu sais… "

" Non mais attends je ne comprends pas là ? J'suis ta petite histoire lesbienne qui fait kiffer ton copain et toi ? C'est bon t'as fait ton expérience t'es contente ça va booster ton couple, tu veux peut-être qu'on couche ensemble histoire qu'on se marre encore plus ? Tu me fais quoi là Audrey ? C'est quoi ton délire ? "


Les larmes commençaient à couler et je n'en comprenais vraiment pas le sens, après tout elle s'était foutue de moi pendant tout ce temps. Depuis le début elle n'avait qu'une idée en tête se servir de moi pour son profit. Si ça ce trouve elle avait tout planifié avec Eva ou Léo, pour que son couple reparte. J'étais son cobaye.

" Non, non ce n'est pas ça. Pas du tout. Je t'aime. Je t'aime vraiment. Tu n'es pas une expérience, ou je ne sais quoi. Je te jure. J'ai beau faire tout ce qui est possible et imaginable, je n'arrive pas à t'enlever de mes pensées. Quoi que je fasse, je ne fais que penser à toi. Je n'ai qu'une envie c'est être dans tes bras. Contre toi, avoir ton odeur sur moi. Me réveiller à tes côtés le matin. J'ai essayé de parler à Sandro, et il est d'accord pour qu'on continue, toi et moi... Et lui et moi.."

" Tu quoi ? Tu m'aimes ? Tu me dégoutes. Je te faisais confiance, et toi tu t'es servie de moi "


J'avais beau dire ça, je n'arrivais pas à le penser, elle ne me dégoutait pas. Je ne comprenais pas. Mais c'était indéniable, j'étais irrésistiblement attirée par elle. Impossible de me détacher. Elle ne disait rien, elle me regardait, ses yeux emplis de larmes, l'air désolé.

" Bon, bah je vais te laisser. Tchao "

" Attends… S'il te plait… Attends… Je… "

" Tu comptais faire quoi Audrey ? Faire un ménage à trois. Et j'appelle Sandro pour savoir qui sera avec toi le week-end et les vacances scolaires ? Redescends sur terre. "

" Non… Je… Ce n'était pas comme ça… Enfin… Je… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2494
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Ménage à trois - Alexiel   Jeu 6 Nov 2014 - 17:25

Elle sanglotait tellement qu'elle n'arrivait plus à parler. Malgré ma haine, je ne pus me résigner et la pris dans mes bras. Sans rien dire comme ça. Caressant ses cheveux pour la calmer, je savais que je ne devais rien dire.

" Pardonne-moi… Je t'en prie pardonne-moi… "

Son étreinte était de plus en plus intense, comme si elle savait que je m'en irais, mais juste en me serrant du plus fort qu'elle pouvait, elle me faisait comprendre qu'elle ne voulait pas que je m'en aille. Et pourtant… Petit à petit je desserrais mon étreinte, ses sanglots revenaient à chaque fois que je me détachais. Dans un dernier élan, je pris son visage dans mes mains, et lui déposa délicatement un baiser sur le front. Puis je pris rapidement mon sac, et partis sans un au revoir. Je ne savais pas comment qualifier ces dernières semaines en sa compagnie. Mais je savais qu'elle me plaisait. Je ne savais quoi faire. Je m'enfermais chez moi, et essayais tant bien que mal de penser à autre chose. Un livre… L'héroïne s'appelait Audrey. Un jeu, j'y avais joué avec Audrey, une balade, j'en faisais souvent avec Audrey, une maman appelle sa fille " Audrey… Audrey "… Un film à la télé, le personnage principal s'appelle Sandro… Je n'en pouvais plus. Je ne pouvais rien faire, tout me faisait penser à elle. Et à chaque fois, je repensais à ce qu'elle m'avait fait. Et plus j'y pensais et moins j'arrivais à lui en vouloir. Même si je n'arrivais pas à la comprendre. Je tournais et retournais toutes les possibilités dans ma tête, mais je ne trouvais pas de solutions. Peut-être qu'elle m'aimait vraiment, et qu'on allait vivre une vraie relation après qu'elle ait quitté Sandro. Qu'ils resteraient amis. Peut-être qu'elle voulait qu'on vive une relation à trois. Peut-être qu'elle s'était vraiment foutue de moi, et qu'elle n'avait aucune intention de me revoir. Je n'arrivais pas à avoir les idées claires. J'avais besoin d'en parler à quelqu'un. Besoin d'être rassurée.

" Allo ? Ouais Léo c'est Lucy, on peut se voir ? T'es où ? "

" J'suis chez moi. Passe si tu veux. "

" Ca va ? "

" Passe je t'expliquerais. "

Léo était exactement la personne qu'il me fallait pour me rassurer. Et pour me changer les idées. Quelques minutes plus tard il était là. Avec son sourire légendaire.

" Alors ma belle raconte-moi tout. Tu n'es pas avec Audrey aujourd'hui ? "

" Non… "

" Ouh la, raconte moi, vous vous êtes disputées toutes les deux ? "

" Elle m'a embrassé… "

" Et moi qui croyait que c'était grave… "

" Elle est avec Sandro, et elle m'a proposé de faire ménage à trois. "

" Oh ! Je vois. Mais tu sais Sandro et elle, c'est, enfin, ils sont ensemble pour pas être seuls, mais ils sont plus amis qu'autre chose. "

" Ménage à trois Léo. Sandro serait avec elle toute la semaine, et moi je serais avec elle soit quand elle l'a décidé, ou alors le week-end peut-être. "

" Tu te l'expliques comme ça, mais après tu ne l'as pas laissé te dire comment elle voyait les choses. Et puis si ça ce trouve ça se serait pas passé comme ça. "

" Tu l'approuves ? Non mais vous vous êtes passés le mot ou quoi ? "

" Non, je dis pas que je l'approuve, mais tu étais heureuse quand je te voyais avec elle. Alors je me dis que peut-être, 'fin c'est peut-être provisoire. "

" T'es vraiment trop con… T'es bien un mec "


Sans même lui dire un mot de plus je m'en allais furieuse qu'il n'essaie pas de me comprendre. Il m'appela tentant de me faire revenir sur mes pas, mais impossible, je me mis même à courir pour ne plus l'entendre.

Essoufflée je m'assis sur le premier banc que je trouvai et écoutai mon répondeur.

J'avais une trentaine d'appels venant d'Audrey, et deux venant de sa mère.

" Allo ! Lucy c'est la maman d'Audrey, elle vient de m'appeler, et j'aimerais bien qu'on parle toutes les deux, si tu as cinq minutes essaie de passer à la maison pour qu'on discute. Ça me ferait plaisir de te voir. "

J'écoutais peut-être cinq ou six fois le message de sa mère, je m'entendais très bien avec elle, c'est vrai. Mais qu'avait-elle à me dire ? Au fond de moi je savais que j'avais envie et besoin d'y aller. Car qui mieux que sa mère pouvait connaître Audrey. Je décidai de me diriger en direction de chez elle. La mère d'Audrey m'attendait devant la porte, toujours souriante, comme d'habitude. Elle portait sa robe blanche.

" Entre Lucy, entre. "

" Merci. "

" Tu veux boire quelque chose ? Tu as peut-être faim ? "

" Non, ça ira merci. Vous vouliez me parler ? Vous m'avez dit qu'Audrey vous avait appelé ? Elle vous a donc tout expliqué ? "

" Elle m'a dit ce qu'il s'était passé entre vous hier soir oui. Que tu étais partie, et qu'elle ne savait pas quoi faire pour te récupérer. "

" Elle ne me récupérera pas. Après ce qu'il s'est passé, c'est hors de question. Je ne pourrais pas lui pardonner. "

" Je comprends que ça puisse te faire du mal, et que ce n'est pas courant. Tu n'as pas envie de la partager, elle n'en a pas envie non plus. Mais elle n'a pas choisi ce qu'elle a commencé à ressentir pour toi, pas plus qu'elle n'a choisi à l'époque ce qu'elle avait ressenti pour Sandro. "

" Justement elle est avec Sandro, il l'a consolera et ça ira. De toute façon ils avaient tout les deux tout planifié. Il est au courant de tout. "

" Tu sais avant de devenir son petit copain, Sandro était son meilleur ami, son confident. Un peu comme Léo pour toi. "

" Léo est un con… "

" Tu t'es disputée avec lui, parce qu'il n'était pas de ton avis ? L'as-tu seulement laissé t'expliquer correctement sa vision des choses ? Il connait Audrey et Sandro depuis quelques temps déjà. "

" Pour lui c'était normal qu'on fasse un couple à trois. Que je sois la pièce rapportée et que je sois là pour Audrey quand elle en aura besoin uniquement. Mais si je suis avec Audrey, je veux l'être entièrement. Et pas la partager. "

" Tu ressens quoi pour ma fille ? "

" Je ne sais pas… Plus que de l'amitié ça c'est certain "

" Tu sais Lucy quoi qu'il arrive, jamais personne ne sera entièrement à 100% avec toi. Tu partageras toujours la personne que tu aimes avec quelqu'un. Que ce soit avec un ami, ou avec un membre de sa famille. Parfois même avec quelqu'un d'autre, que tu apprendras quelques mois voire années plus tard, après une vie commune bien remplie. Le mari de ma sœur est parti avec sa secrétaire, leur fils n'avait que 2ans. Elle ne l'a jamais soupçonné, et pourtant ça durait depuis des années. Audrey ne t'as rien caché, et elle ne t'a pas trompée, ni menti. Beaucoup de personnes se disent respecter les autres, et ne pas comprendre. Mais Audrey a été honnête avec toi. Elle a attendu avant de te parler, elle t'a présenté Sandro. Elle aurait très bien pu sortir avec toi, sans jamais rien te dire, et faire comme si. Mais elle tient tellement à toi qu'elle a préféré te dire la vérité. Sandro comprend parce qu'il voit plus que sa copine, il voit son amie aussi. Audrey est heureuse en ta compagnie, elle est constamment en train de sourire, et ça fait bien longtemps que je ne l'avais pas vu si heureuse. Ce n'est pas conventionnel je l'avoue. Peu de personne l'accepterais, peu de personnes le comprendrait. Mais peu de personnes aiment autant. La première fois que je t'ai vu avec ma fille, je me suis tout de suite rendue compte que vous aviez quelque chose toutes les deux, que vous étiez faites pour être ensemble. Vous dégagez quelque chose ensemble……. "

Elle continuait son récit, non pas surfait, mais ça me captivait, j'avais l'impression qu'elle trouvait un mot pour chacun de mes maux. Elle pansait mes plaies une à une, et me faisait petit à petit comprendre que je préférais être avec Audrey de cette façon là plutôt que de ne pas l'avoir du tout.

" … Et même si je n'approuve pas du tout ma fille, et que je comprends que tu puisses lui en vouloir, j'espère que vous allez vous réconcilier. Si ce n'est pas le cas, je ne te ferme pas la porte, et j'espère que tu viendras quand même me voir. "

" Merci… De m'avoir aidé. Et ça m'a fait du bien de parler avec vous. Je peux vous poser une dernière question ? "

" Je t'en pris. "

" Vous pensez vraiment qu'Audrey est sincère avec moi ? "

" Je pense même qu'elle n'a jamais été aussi sincère. "

" Encore une fois merci, je vais vous laisser, je vais essayer de voir si elle est toujours chez elle "


Je sortis de la maison et me dirigeai chez Audrey. Je tentais de l'appeler, mais elle ne répondait pas. Au bout d'un moment c'est Eva qui a répondu au téléphone, en me disant qu'Audrey était enfermée dans sa chambre et qu'elle ne voulait voir personne. Je lui disais donc de prévenir Audrey que j'arrivais. Et qu'il fallait que je lui parle de toute urgence. Arrivée chez elle la porte était ouverte, Eva m'attendait devant l'entrée. Inquiète.

" Elle n'a pas voulu me dire ce qu'il se passait. Mais elle attendait que tu arrives. Je crois qu'elle va bien vouloir sortir. Moi j'vais y aller je crois que vous avez des choses à vous dire. "

" Audrey… Audrey c'est Lucy, ouvre-moi s'il te plait, je crois qu'on a des choses à se dire. "


Eva partie, la porte fermée, Audrey voulu bien sortir. Posée devant moi, les yeux brûlant de larmes, elle me regardait.

" Écoute… Je… Je n'aurais pas du réagir comme ça tout à l'heure… Désolée… "

" Non c'est moi qui suis désolée, je n'aurais pas du te proposer ça… Je ne sais pas pourquoi… Je voulais tout… J'ai besoin de Sandro, mais j'ai aussi besoin de toi… Mais c'est normal que tu n'acceptes pas… Personne n'accepterait… "

" Shh "

J'essayais de l'arrêter de se confondre en excuses. J'étais enfin arrivée à accepter le fait de la partager, et de vivre ce que j'avais à vivre avec elle comme ça, sans me prendre la tête et elle continuait.

" Mais… "

La seule façon de lui faire comprendre ma décision et de la faire taire était de l'embrasser. Ou mieux…

" Embrasse-moi. "

Elle approchait son visage du mien, tout en me regardant hésitante, mais l'envie était là. Je prenais les devant, ne pouvant plus attendre. Pris son visage dans mes mains et l'approcha du mien. Puis elle m'embrassa enfin, tendrement, délicatement. Je frissonnais sous ses baisers.

" Pardon… "

" J'accepte. "

" Quoi ??? "


S'éloignant un peu de moi, elle me regardait stupéfaite.

" J'accepte ta proposition. "

" Mais tu… C'est… Ce n'est pas… Tu… "

" Je préfère te partager avec Sandro, et t'avoir un peu avec moi, plutôt que de ne pas t'avoir du tout. Je veux t'avoir un peu pour moi, et pour le moment c'est le seul moyen que j'ai. "

" Tu es sûre ? Je veux dire… Tu… "

" Je n'ai pas envie de me prendre la tête, je veux vivre ce qu'on a vivre au jour le jour, et je verrais après, je veux profiter du moment présent. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2494
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Ménage à trois - Alexiel   Jeu 6 Nov 2014 - 17:29

Le reste de la soirée se passa plein de tendresse, on n'a pas reparlé de ma décision. On a juste profité. Sandro a essayé une fois de l'appeler il n'a eu pour seule réponse que j'étais là et qu'elle le rappellerait. Je n'avais jamais était aussi proche de quelqu'un. Je profitais de chaque instant passé à ses côtés, on s'est endormies dans les bras l'une de l'autre, sans rien demander de plus... Le lendemain dans la soirée Eva est passée, pour avoir des nouvelles, puisqu'aucune de nous deux ne répondions au téléphone. On est allées sur le balcon, directement. Eva a allumé sa cigarette, Audrey l'a suivit, je suis allée chercher des verres, des glaçons et de quoi boire. Puis je m'appuyais sur le muret du balcon, à côté d'Audrey. Elle examinait la distance qui nous séparait, puis se rapprocha de moi, et posa sa main autour de ma taille, tout en continuant de parler avec Eva. Un peu gênée, je me décontractais au fur et à mesure des discutions, voyant que Eva n'y prêtait pas attention. Eva était allée se changer, elle sortait en boite le soir. A peine Eva sortie de la pièce qu'Audrey se levait face à moi, ses mains frôlant ma peau en relevant quelque peu mon haut.

" Tu restes ce soir ? "

" Je pensais aller voir Léo, mais à mon avis, il passera la soirée avec Eva. Tu ne veux pas voir Sandro ? "

" Non ce soir j'ai envie d'être avec toi. Sandro est au courant. Il attendra. Alors, tu restes avec moi ce soir ? "

" Si tu veux. "

Elle m'embrassa et j'entendis un léger " merci ". Ses baisers étaient passionnés, et je n'avais à ce moment là aucune envie qu'Eva refasse surface. Malheureusement elle nous fit redescendre sur terre.

" Bon les filles. Je ne veux pas vous déranger mais j'ai besoin d'un avis expert, la blanche ou la noire ? Je ne vous ai pas proposé, mais si vous voulez venir vous êtes les bienvenues. Léo a de la place, et puis ça nous ferait plaisir "

Même si cela semblait normal pour tout le monde que je sois avec Audrey en même temps que Sandro, je ne me sentais pas encore de nous montrer en public comme ça, et puis je ne m'étais pas encore excusée auprès de Léo.

" Tu sais Lucy si tu stresses, rapport à Audrey et toi il faut pas. De toute façon nous on a vu depuis le début que vous vous plaisiez alors c'était naturel. Et si c'est pour Léo, il ne t'en veut pas, il comprend. "

" Ouais… Euh… "


Comment me départir de cette situation embarrassante.

" On préfère rester toutes les deux ce soir Eva. Mais merci de ta proposition. Elle reste à l'appart ce soir. Passez demain avec Léo au pire ? "

" Si on n'est pas trop fatigués pourquoi pas. On viendra prendre le petit déjeuner en rentrant de discothèque "

" Ou alors vous venez manger le soir. "

" On se tient au courant. Et donc la blanche ou la noire ? "

" La noire " A l'unisson.


On se regardait avec Audrey dans les bras l'une de l'autre on éclata de rire.

" Au moins je suis sûre qu'elle vous plait, merci les filles. "

" De rien. "


Audrey me regardait ses yeux brillaient, et dans l'élan de notre rire, elle m'embrassa. C'était la première fois qu'elle m'embrassait devant quelqu'un. Même si c'était Eva.

" Qu'est ce que t'es belle quand tu souris. " Elle passa un doigt sur ma bouche.

J'alternais entre Audrey et Eva qui rigolait de la situation voyant que j'étais embarrassée. Elle avait une telle aisance à faire ça, qu'on aurait dit qu'elle y était habituée. Malgré-moi la question persistait, et si elle était justement habituée, et que je n'étais pas la première ? Serais-ce pour ça que tout le monde à l'air si naturel, alors que c'est quelque chose d'inhabituel ?

" J'vais chercher des glaçons je reviens. "

Elle passa sa main sur mon bras et s'en alla chercher les glaçons.

" Ca va Lucy ? Tu sais faut pas t'inquiéter, on vous jugera pas. L'essentiel c'est que vous soyez tous les trois heureux. Nous le reste on s'en fiche, on vous aime tous les trois. "

" Est-ce qu'elle l'a déjà fait ? "

" Déjà fait quoi ? "

" Le " ménage à trois ? "

" Non pas à ma connaissance. Même quand on était petite elle était fidèle. "

" Pour toi c'est être fidèle ? "

" Elle vous est fidèle à tous les deux oui. Et puis elle n'a jamais était aussi souriante, et aussi " tactile " qu'avec toi, je ne sais pas ce que tu lui as fais, mais elle tient à toi, ça se voit. "

" Tu crois ? "

" Non, j'en suis sûre. "

" Vous parliez de quoi ? "

" De Léo, Lucy voulait que je dise à Léo qu'elle était désolée. "

" Tu veux y aller ce soir, pour que vous parliez ? "

" Non c'est bon je le verrai demain, vu qu'Eva et lui viennent manger. "


Elle esquissait un sourire, à la fois d'embêtement vis-à-vis de Léo, mais de contentement puisque je restais avec elle ce soir.

" Je vais m'habiller et je vous laisse après. "

Audrey me prit la main, assise sur la chaise, elle m'attira sur elle.

" Je suis bien avec toi Lucy. "

Je l'embrassai, par envie, et pour ne pas avoir à entendre la suite. De peur que ça fasse mal.

" Bon, les filles je suis prête, c'est parti pour la fiesta, à demain. "

Un au revoir en coup de vent et la voilà parti. Avec Audrey on avait la soirée pour nous. Après avoir débarrassé tout ce qu'il y avait sur le balcon, une petite douche s'imposait. J'y allais en première. Et quand je suis sortie, quelle ne fut pas ma surprise. Lumières tamisées, chandelles allumées, petite musique douce, diner posé sur une table napée. Audrey avait un immense sourire sur le visage en me voyant sortir de la salle de bain et rester bouche bée.

" Ca te fait plaisir ? Lucy ? "

" Tu… Mais tu as fais tout ça, en si peu de temps, rien que pour moi ? "

" Je voulais te faire plaisir, et te montrer que je suis bien avec toi. "

" Viens-là "


Je lui tendis le bras, et l'attirai à moi.

" Merci… C'est parfait… "

Je l'embrassai, mais de peur que tout se termine, je me refusais à lui dire que moi aussi j'étais bien avec elle.

Les yeux qui pétillaient, le repas, ma copine. Elle faisait tout pour me faire plaisir. Dans son regard ça se voyait qu'elle faisait tout pour que je sois bien, et que je me sente à l'aise. J'en venais presque à oublier Sandro. Le repas fini, je me décidais à lui poser la question.

" Audrey… Je voulais te poser une question… Ne le prends pas mal… Je… "

" Vas-y t'inquiète pas. Dis-moi… "

" Sandro, tu comptes lui donner des nouvelles quand ? Non pas que je ne sois pas bien avec toi, depuis hier… "

" Je suis avec toi là, et tu t'inquiètes de savoir quand je verrais Sandro ? Écoute, j'aimerais que quand je suis avec toi, on ne parle pas de Sandro. Ce serait mieux je pense. "

" D'accord, je voulais juste savoir jusqu'à quand je t'aurais rien que pour moi. "

" Je dois aller voir ma mère demain matin, ma tante arrive. Normalement Sandro doit venir, je te tiendrais au courant dans la journée. Si tu as besoin ou envie de me voir tu m'appelles et je viendrais. Mais pour le moment si on profitait du moment présent."


Je n'étais pas contre, car en fait je ne voulais pas entendre parler de Sandro, elle avait raison on était ensemble et c'est tout ce qui importait.

" Tu veux bien qu'on profite du moment présent. "

" Oui… "

" Lucy, là j'ai besoin de toi, j'ai envie d'être avec toi, et avec personne d'autre. "


Je m'étais assise sur le canapé, elle s'était assise sur moi, face à moi. Elle me regardait.

" Tu es belle. Je suis bien avec toi. "

Ses mains commençaient à se balader sur mon corps encore habillé, je fermais les yeux pour profiter de ses caresses. Ses lèvres au départ sur les miennes, partaient vers mon cou. Je frissonnais. Je commençais moi aussi à parcourir son corps et le découvrir, mes mains se baladant. J'en avais touché des corps, de femmes, différentes, plusieurs le premier soir, le deuxième, le dixième, j'avais attendu ou pas, suivant l'envie. Mais je n'avais jamais encore osée la toucher elle. J'appréhendais comme pour une première fois, elle m'invitait à continuer. Elle en avait envie, tout autant que moi. Nos mains de moins en moins hésitantes, s'installaient sur le corps de l'une comme de l'autre en cherchant à découvrir chaque parcelle du corps de l'autre. Nos corps déshabillés se sont aimés pour la première fois l'un l'autre ce soir là.

Le matin tôt au réveil sur le divan, Audrey toujours contre moi dormait encore. Je retirais des mèches de son visage pour pouvoir contempler celle qui allait me quitter un peu plus tard dans la matinée. Je voulais profiter des derniers instants, avant de la réveiller. Avant qu'elle retrouve celui qui me remplacerait aujourd'hui. Et celui que j'avais remplacé ces deux derniers jours. Je la sentais bouger, elle commençait à se réveiller. Elle s'étirait tout en restant contre moi. Toujours ce contact.

" Bonjour. " J'esquissais un sourire, mais j'avais aussi peur de sa réaction par rapport à la veille au soir. Si elle regrettait, si elle voulait arrêter.

" Bonjour petit ange. "

En deux mots elle balaya mes doutes. Mon sourire grandissait, je l'embrassai.

" Tu veux que je te prépares un petit déjeuner? "

" Si tôt ? Tu es bien matinale, tu es pressée ? Tu pars ? "

" Non mais toi oui. Tu as rendez-vous chez ta mère, avec Sandro, parce que ta tante arrive "

" On peu rester encore un peu comme ça ? "

" Bien sûr. "


Elle me serrait fort.

" Tu m'en veux ? "

" Pourquoi je t'en voudrais ? "

" Je vais passer la journée avec Sandro… "

" C'est ton petit ami, non ? Et puis je n'ai pas à me plaindre, je t'ai eu pour moi toute seule pendant 2jours. J'espère juste que tu ne regretteras pas et que tu ne m'oublieras pas dans ses bras "

" Ça ne risque pas. Merci petit ange. Bon aller je file à la douche et me prépare "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2494
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Ménage à trois - Alexiel   Jeu 6 Nov 2014 - 17:33

Je lui préparai un rapide petit déjeuner. Et attendis devant la télévision qu'elle revienne. Elle est sortie en serviette quelques secondes après être partie pour la douche s'est posée devant moi, m'a tendu la main, m'a relevée jusqu'à elle et m'a prise dans ses bras en me chuchotant des mots doux. Puis m'entrainant dans la douche tout en me déshabillant, elle m'embrassait fougueusement. Après un câlin délicieusement passionné, nous sommes allées déjeuner.

" Tu me rejoins ici ce soir ? "

" Tu ne veux pas passer la soirée avec Sandro ? "

" Je vais le voir toute la journée, et puis j'ai dis à Eva & Léo de passer ce soir non ? Et que tu serais là. Je m'arrangerais avec Sandro, on se verra dans l'après midi. Et je te tiendrais au courant de la suite. Encore une fois si tu as envie de me voir, tu m'appelles et je me libère, n'hésite pas. "

" Sandro a les mêmes consignes ? "

" Oui, s'il veut me voir il peut m'appeler. Je pense que là il doit profiter au maximum de ses potes. Console, bière, potes. "

" Tu m'appelles pour ce soir ? "

" Je te laisse un double des clés, et tu viens à l'heure que tu veux. "

" Je préfère t'appeler avant. "

" Comme tu voudras. Je vais devoir y aller. "

" Je sais. Je te suis, je rentre aussi. "

" Tu peux rester si tu veux. "

" Non merci, je vais rentrer. Je n'ai pas de raison d'y rester si tu n'y es pas "

" Aller on y va. "


Un rapide baiser et on mit tout dans le lave-vaisselle, direction la sortie, elle partait de son côté et moi du mien. Comme si de rien n'était. Je retournais à mes occupations et elle aux siennes.


Arrivée devant la maison. Sandro attendait Audrey. Elle s'approchait de lui, sur la pointe des pieds elle l'embrassait du bout des lèvres. Sandro était bien plus grand qu'Audrey. Il était toujours aussi élégant, toujours aussi bien coiffé, toujours aussi parfait. Audrey aussi, malgré les quelques minutes qui la séparait de Morphée. C'était le petit couple parfait. Main dans la main ils passaient la porte d'entrée.

" Maman, c'est nous, vous êtes là ? "

" Dans la cuisine, chérie. "

Elles étaient en train de discuter tout en faisant un gâteau. La journée se passa autour d'un thé et du gâteau qu'elles venaient de faire. Discussions sur la famille, sur l'agrandissement de la maison de l'oncle d'Audrey pour sa 3ème femme. Sur l'agrandissement de la famille d'Audrey, sa cousine étant enceinte de quelques mois.

" Et vous alors ? Vous allez nous faire un petit quand ? "

" Euh… Nous… On a le temps… C'est… "

" Ça fait 4 ans que vous êtes ensemble, et puis vous vous connaissez depuis tout petit, c'est l'âge Audrey. Vous êtes bien ensemble, non ? "

Audrey était embarrassée de l'insistance de sa tante. Elle ne voulait pas s'engager avec Sandro.

" Écoute, laisse les, ils sont jeunes. Ils ont le temps. Et puis ça ne te regarde pas, c'est leur vie. "

" D'accord, d'accord, j'ai rien dis. "


Quelques heures se passèrent et Sandro s'impatientait, bien qu'il ne laissa rien paraître. Il appréciait beaucoup la famille d'Audrey. Il n'avait pas vu depuis 2 jours, celle qui partageait sa vie depuis 4 ans. Discrètement il lui fit comprendre qu'il aimerait bien un peu de temps tous les deux.

" Bon maman on va y aller, je repasserais demain. Eva et Léo viennent manger ce soir. Alors il faut que je prépare tout. "

" Pas de soucis chérie. Faites attention à vous "


Direction chez Sandro. Arrivé, il ferma la porte derrière eux. Il servit un verre à Audrey installée dans le salon. S'installa à côté d'elle et commença à l'embrasser, puis à aller plus loin.

" Audrey, je sais qu'on a dit qu'on en parlerait pas. Mais j'ai juste une question. "

" Tu veux savoir si j'ai couché avec elle ? La réponse est oui. "


Comme convenu il n'en demanda pas plus. Il avait sa réponse. Mais le plus important il était avec Audrey, il l'a prit dans ses bras, l'embrassa, l'aima.

Après quelques moments de tendresse, Audrey et Sandro sont allés se balader au bord du lac, puis se baigner un peu, l'après-midi était lourd. Un petit beach-volley entre deux baignades. L'après-midi passa vite. Peut-être un peu vite aux yeux de Sandro. Mais il ne disait toujours rien. Il regardait Audrey allongée là, immobile de tout son corps. Il l'aimait s'était indéniable. Il accepterait tout pour elle. Tout oui, même de la partager. Le vent commençait à souffler, et l'heure tournait.

" Audrey, on devrait y aller, tu as ta soirée, et moi je dois partir. "

" On y va. On y va. "


Dans un élan de folie Audrey se releva et sauta sur Sandro, lui ébouriffa les cheveux et l'embrassa, puis se releva en commençant à partir.

" On y va. Bah alors tu ne viens pas. "

" Très drôle, j'arrive "


Il souriait, Audrey n'avait pas changé, malgré la situation. Ils rentraient main dans la main. Arrivés devant la porte d'interphone, il l'embrassai la main contre le mur.

" Appelle-moi. " Il termina sur ces quelques mots et s'en alla. Audrey attendit qu'il soit parti et monta dans l'appartement. Après une rapide douche elle appela aussitôt Lucy. Lucy avait passé une partie de l'après midi à parler avec Léo, et à se confondre en excuses. Puis l'avait finalement laissé pour privilégier une petite sieste.


J'arrivais à l'appartement impatiente mais aussi la boule au ventre, allait-elle regretter ? Voudrait-elle déjà tout arrêter. J'espérais que non, bien que je ne veuille pas m'attacher je n'y arrivais pas. Je pris une grande bouffée d'air, et sonnai.

" Entre ma puce, entre. "

" Ma puce ? J'espère que tu n'appelles pas tout le monde comme ça ? Et si ça avait était ton voisin "


Elle s'approcha de moi, me sourit, et me prit par la taille, en m'embrassant.

" Le voisin est habitué, tout l'immeuble aussi. J'appelle tous les inconnus ma puce, comme ça je suis sûre de ne pas me tromper. "

" Tiens donc, je ne suis qu'une inconnue de plus pour toi alors. "

" Celle que je préfère. Et non tu n'es pas une inconnue. Tu as passé une bonne journée ? "

" J'ai discuté avec Léo, je ne voulais pas régler l'histoire ici, alors je suis allée le voir, on s'est baignés chez ses parents, et après il faisait tellement chaud, que j'en ai profité pour faire une sieste. "

" D'accord, tu m'aides à préparer ? Petit apéro et repas sympathique. "

" Pas de soucis, qu'est ce que je dois faire ? "

" Pour commencer, m'embrasser, ensuite m'embrasser, et pour finir… " Je m'approchai d'elle en l'embrassant le sourire aux lèvres en acquiesçant chacune de ses paroles " …la porte. "

" Pardon ? "

" Ils sont déjà là on vient de frapper à la porte… Pas grave ils attendront deux minutes… "


M'étant un peu écartée après ces quelques mots, elle me tirai à elle et m'embrassai me plaquant contre le mur délicatement. Eva et Léo devaient s'impatienter puisque désormais ils sonnaient en continue.

" On arrive, on arrive. "

Audrey avançait mais revenait m'embrasser à chaque fois.

" Si tu continue on ne leur ouvrira jamais "

" D'accord, je ne te touche plus de la soirée "


Je faisais semblant de faire la moue, puis l'attrapai par le bras prenai son visage et l'embrassai, ses bras m'enlaçant par la taille. Après ce petit écart nous sommes allés leur ouvrir. Après avoir trouvé une excuse bidon, et l'avoir utilisé pour expliquer l'attente, nous sommes passés au balcon pour boire l'apéritif. Eva nous racontait ses péripéties en boite la veille, et Léo nous rajoutait quelques détails croustillants. Puis au bout d'un moment, Audrey se leva de sa chaise et s'installa sur le canapé, après avoir allumé la console.

" Venez, on va faire un jeu. Celui qui perd enlève un vêtement. Je vous préviens je suis imbattable. "

" Je risque de te surprendre, demande à Léo je suis plutôt bonne aux jeux vidéos. "

" Ma puce tu viens ? "

" Je suis nulle, mais je suis prête à relever le défi. "


Et c'est comme ça que je me suis retrouvée dans une situation plus ou moins embarrassante.

Léo était encore plus nul que moi. A tel point qu'il s'est retrouvé en caleçon, et moi il me restait tout.

" Et j'ai encore gagné !!! Changement de règle, je décide qui enlève quoi. Ou qui fait quoi. Sinon je vais m'ennuyer, je n'ai pas envie de voir Léo en tenu d'Adam. "

Elle s'avançait vers moi, le regard plein de malice et m'ôta mon haut devant tout le monde.

" Il fait chaud, non ? Tu as perdu ma puce. "

" C'est ce qu'on va voir. "


Je me suis mise à tenter tant bien que mal de gagner la partie, et enfin je réussis, ou alors elle m'a laissé gagner. Eva et Léo étaient partis sur le balcon après que Léo se soit rhabillé.

" J'ai perdu, je suis toute à toi. " Elle fermait les yeux, les bras en l'air.

" Et aussi à tes invités. "


Elle s'affaissa sur le canapé à côté de moi et me regarda. Passa son bras autour de moi et déposa un baiser sur mon épaule dénudée. Puis se leva, me tendit mon haut, puis la main.

On a rejoint Eva et Léo. Le reste de la soirée se passa tranquillement, tendrement. Eva et Léo, Audrey et moi. Vers 1h du matin la fatigue commençait à se faire sentir de tout le monde.

" Bon allez les filles, nous on va vous laisser. "

" Rentrez bien, faites attention à vous. "


Puis ils sont partis. Audrey était fatiguée. Je lui proposais d'aller se coucher.

" Tu as raison, j'en peux plus. "

Je commencais à ranger en essayant de faire le moins de bruit possible, pour ne pas la déranger.

" Qu'est ce que tu fais ? Hey, non laisse, je rangerais demain, viens te coucher. "

Elle me prenai des mains les verres, les posèrent sur la table basse, et m'entraîna dans la chambre tout en me déshabillant. Un short et un t-shirt m'attendait sur la chaise de la chambre. Elle me les tendirent. Une fois changée et au lit, elle vint se blottir contre moi. Et c'est comme ça l'une contre l'autre que nous nous sommes endormies.

Le lendemain matin se passa relativement bien. Comme je l'imaginais, petit déjeuner en amoureuses, matinée détente, tendresse. Cela faisait si peu de temps que nous étions ensemble, et pourtant j'avais l'impression qu'on se connaissait depuis toujours. D'avoir toujours été avec elle. Les semaines défilèrent et Audrey jonglait toujours entre Sandro et moi. Elle essayait au maximum de nous voir tous les deux chaque jour. J'avais trouvé un petit boulot de vendeuse dans un magasin de vêtements, et cela me permettait de penser à autre chose qu'à Audrey quand elle était loin de moi. Malgré tout le mal que je m'étais donnée pour ne faire que " profiter du moment présent " je m'étais sincèrement attachée à Audrey, j'étais même tombée follement amoureuse d'elle. Je m'étais aussi beaucoup rapprochée de sa mère. Encore plus que d'habitude. Même sans Audrey, j'allais la voir toutes les semaines, pour prendre le café, pour discuter, pour aller se balader. Ayant été privée de la mienne très jeune, elle m'avait autorisé ce que je pensais ne jamais connaître, la complicité d'une mère avec son enfant. Sandro malgré son grand cœur, et son ouverture d'esprit commençait à vouloir être plus souvent avec Audrey, à la rappeler souvent alors qu'elle était avec moi, à lui demander ce qu'elle faisait. Je me surprenais aussi à être jalouse des moments qu'elle pouvait passer avec lui. Je savais qu'elle ne faisait pas que jouer à la console avec lui, et qu'il touchait lui aussi son corps. Je ne laissais rien paraître. Je comprenais même Sandro, et essayais de le faire accepter à Audrey, qui ne comprenait pas pourquoi il ne se " réveillait " que maintenant.

Sandro avait proposé de partir un week-end à la plage en amoureux. Audrey hésitait et je l'ai convaincu d'y aller. Je pensais que cela pourrait leur faire du bien. Ils avaient dormi chez Audrey la veille, pour partir tôt le matin, et arriver dans la matinée pour profiter de la journée.

Personne ne les connaissaient, ils allaient tellement bien ensemble que personne ne se serait douter qu'une troisième personne partageait leur couple parfait. La matinée ils s'installèrent et profitèrent de la piscine du camping, puis Sandro amena Audrey dans une petite crique tranquille, ils n'y avaient qu'eux. Pique-nique en amoureux sur la plage. Ils étaient beaux ensemble. Ils essayaient de pécher les crabes mais c'était dur. La soirée au bord de mer, vue magique, coucher de soleil, glace, bain de minuit. La soirée parfaite. Ce soir là, ils ont fait l'amour sur cette plage inconnue. Le dimanche se passa très calmement très tendrement entre eux deux. Crème solaire, et bronzage. Puis dans la soirée ils rentrèrent. Elle resta avec lui la soirée puis le lendemain. Et vint me rejoindre le surlendemain. Les quelques jours suivant passèrent comme d'habitude, entre Sandro et moi. Quand arriva le week-end. Pour décompresser un peu d'une semaine assez chargée en effet Audrey avait perdu sa tante dans un accident de voiture la veille, on décida de se balader en ville et de faire les boutiques. Il faisait beau. Les bras pleins de sacs on s'apprêtait à rentrer, Audrey avait soif, et ça tombait bien puisqu'au bout de la route il y avait le café fétiche d'Audrey et sa mère, d'ailleurs sa mère était en terrasse. Elle nous faisait un signe de main, qu'on lui rendit aussitôt. Un vent froid me parcouru le dos et j'étais parcouru de frissons, je me retournai et regardai autour de moi. Julie était sur la place, avec ses amies, elle me regardait. S'avançait même vers nous. Audrey qui ne l'avait pas vu me reprenait la main après un rapide baiser sur celle-ci. Julie se stoppa net, regarda en direction de la mère d'Audrey qui désormais me regardait puis regardait Julie en alternance sans sourire. Elle disait quelque mot à l'homme à côté d'elle, en visant Julie, celui-ci se tourna instinctivement vers Julie. La mère d'Audrey posa son verre, et avança vers nous. Tout se passa en une fraction de seconde. Julie marchait à vive allure en direction de la mère d'Audrey, leva la main sur celle-ci et la gifla. Elle la regardai dans les yeux. Puis repartie. Sous le choc la mère d'Audrey ne bougeait plus. Je courus en direction de la mère d'Audrey mais celle-ci m'avait devancé.

" Ça va maman ? Mais c'est qui cette folle ? "

Je fonçais sur Julie, lui attrapai violemment le bras et la retournai brusquement face à moi. Tout en essayant de garder mon calme, des mots sortirent de ma bouche, des insultes. Je levai le poing pour lui rendre ce qu'elle venait de faire, mais l'homme qui était au bar quelques minutes plus tôt m'empêcha.

" Barre-toi vite avant que je te fasse regretter ton geste. " Il parlait à Julie. Arrogante, elle le regardait, mais finit par partir.

Je retournai en compagnie de l'homme en direction de la mère d'Audrey.

" Vous allez bien ? Je vais vous chercher une chaise. "

" C'est rien les filles je vous jure, ce n'est rien. "

" Je vais quand même vous chercher une chaise. "

" Je t'ai dis que ce n'était rien, je vais rentrer à la maison, ne vous inquiétez pas. "

" Audrey tu devrai quand même rentrer avec elle. "

" Oui tu as raison, on se voit tout à l'heure ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2494
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Ménage à trois - Alexiel   Jeu 6 Nov 2014 - 17:36

Je lui donnai en guise de réponse un baiser au coin des lèvres. Je la suivis des yeux, jusqu'à ce qu'elle tourne au coin de la rue. Je me retournai Julie était partie. Je la cherchai mais impossible de la trouver, elle avait disparue. J'avais reçu des messages et des appels d'Audrey, qui me rassurait sa mère n'avait rien. C'était tout ce que je voulais savoir. Je tournai et retournai la situation dans ma tête, et ce qu'il pourrait se passer désormais, et pour moi il n'y avait qu'une seule et unique option. Ce qu'il venait de se passer, était impardonnable.

Je téléphonai à ma patronne et lui posai ma démission. Puis j'éteignis mon téléphone pour une durée indéterminée.  Je devai partir. Comment pourrait-elle me pardonner… Il fallait quand même que j'aille faire mes excuses à la mère d'Audrey. Je préparai mon départ. Ma patronne voulait quand même absolument que je termine le mois, il ne restait que 5 jours alors je décidai de lui accorder, elle avait été tellement gentille avec moi. La soirée passa, on frappa à la porte, mais je ne répondis pas, je tentai tant bien que mal de trouver le sommeil. Le lendemain je partis au travail, comme si de rien n'était, faisant ce que j'avais à faire, et rentrai chez moi. Je ne m'attardai pas trop dans les rues de peur de tomber sur Audrey, mais je savais qu'elle ne viendrait pas jusqu'à mon travail. Le surlendemain fut semblable à la veille. A ceci près que je m'arrêtai chez la mère d'Audrey, à cette heure-ci je savais qu'Audrey ne serait pas chez sa mère.

"  Entre Lucy, entre. "


Elle avait toujours le contour de l'œil rouge, et une marque au niveau de la tempe.

"  Alors comment tu vas ? "

"  Bien et vous ? "

"  Tu as des nouvelles d'Audrey ? Tu sais qu'elle te cherche partout, elle s'inquiète que tu ne la rappelle pas. "


Le silence s'installa, je pris une gorgée de mon thé et hésitai, puis je me lançai.

"  Je pars. "

Elle me regardait, un petit sourire sur son visage s'en alla sous mes mots.

"  Comment ça tu pars ? Tu pars en vacances ? "

"  Non, je déménage. "

"  Et Audrey ? Vous vous êtes disputées ? C'est fini entre vous ? "

"  Sandro est là, il saura la consoler. Moi je ne pourrais pas. Et puis… "

"  Et puis quoi ? Je vois très bien ce qu'il se passe. Audrey elle a besoin de toi, c'est toi qu'elle cherche inlassablement partout depuis quelques jours pas Sandro, pourtant elle pourrait aller le voir, mais c'est toi qu'elle cherche. "

"  Elle s'y fera. Et puis ça fait 4 ans qu'ils sont ensembles. "

"  Et alors, ce n'est pas une raison. Rassure moi, tu ne pars pas à cause de cette histoire de gifle ? "


Comment faisait-elle pour tout comprendre, pour tout savoir sans même que je ne dise un mot.

"  Je… Je ne pourrais jamais me pardonner… C'est ma faute… Cette fille… Je… "

"  Tu la connaissais, c'est ton ex il me semble, non ? "

"  Comment vous… "

"  Au tout début que vous étiez copines avec Audrey, on l'avait croisé, et tu l'avais dis. "

"  Ah… Donc vous comprenez que je… "

"  Que tu rien du tout, non je ne comprends pas. Tu n'y es pour rien, elle est maitre de ses actes. Tu ne l'as aucunement incitée à me gifler. Si elle n'arrive pas à t'oublier c'est son problème, pas le tien. "

"  Mh… Je suis désolée je dois y aller, j'ai encore des papiers à faire, et mes valises ne sont pas encore toutes prêtes. "

"  Passe me dire au revoir quand même. "

"  D'accord, merci. Au revoir, et encore une fois je vous demande pardon. "


Je retourner m'enfermer dans mon appartement, je n'ouvris à personne, pas même à Léo. Je dormais très mal depuis cette histoire, depuis qu'Audrey ne partageais plus ni mes jours ni mes nuits. Même en n'étant pas avec elle, Julie avait réussi à me briser le cœur. Un autre jour se passa. Le dimanche qui devait être tranquille pour moi.

"  Lucy ouvre, c'est moi, Véronique, ta patronne, ouvre-moi il faut vraiment qu'on parle. "

Ma patronne ? Chez moi ? Comment est-ce possible.

"  Bon écoute moi Lucy, dis à ta copine qu'elle arrête d'appeler au magasin, et qu'elle arrête de venir devant t'attendre ce n'est plus possible, les clients se demande ce qu'il ce passe. Alors réglez vos problèmes en dehors du boulot, je sais qu'il ne te reste que quelques jours, mais s'il te plait fait ça pour moi. Ou je devrais lui dire de partir. "

"  Quoi ? Ma copine ? Audrey est venue au magasin ? Mais quand ? "

"  Aujourd'hui, elle campe devant, et fait que de nous demander à quelle heure tu arrives, alors vos histoires ne me regardent pas. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, mais elle est vraiment triste. Elle demande à tous les clients si tu es à l'intérieur. "

"  Je… Je vais régler ça. Désolée de vous causer autant d'ennuis. "

"  Ah la jeunesse, tu sais j'en ai fait aussi des bêtises. Mais la plus grosse c'est d'avoir quitté mon mari alors qu'il m'aimait et que je l'aimais aussi. Et je peux te dire que cette petite elle t'aime vraiment pour faire ce qu'elle fait là. Elle a l'air totalement désespérée sans toi. "


Je lui proposai un thé et nous nous sommes assises. Je lui expliquai l'histoire, elle comprenait ma démarche, bien qu'elle n'approuve pas. Pour elle je fuyais mes responsabilités. Il aurait bien mieux valu que j'en parle avec Audrey et sa mère plutôt que je parte comme ça, sans dire un mot en mettant fin à toute relation. Elle pensait aussi que Sandro ne la consolerait pas, parce que sinon elle serait déjà chez lui, or c'est moi qu'elle cherchait.

"  Je pense que tu devrais retrouver cette Julie, et lui demander de jouer cartes sur tables, de savoir pourquoi elle a fait ça, et ensuite tu invites Audrey et sa maman et tu fais tes excuses si effectivement c'est ta faute, ce que je doute. Tu leur explique. Moi je donnerais une bonne raclée à cette petite. Mais bon, je n'ai rien dit. Je t'aime bien Lucy, ne gâche pas tout avec ta copine, je sais que tu tiens à elle. "

Sur ces quelques mots ma patronne devait repartir, mine de rien ses mots avaient fait leurs bonhomme de chemin dans ma tête. Mais je ne pouvais me résigner à regarder en face Audrey après ce que Julie avait fait à sa mère. Les jours d'après se passèrent sans sermon. Métro, boulot, dodo. Puis le jour du départ arriva. La voiture chargée, j'entendis des pas derrières moi.

"  Alors comme ça tu pars, tu pars et tu ne comptais pas me le dire ? "

Je me retournai, elle était là, face à moi. Les yeux rougis emplis de larmes.

"  Pourquoi tu ne réponds pas à mes appels ? Ou quand je viens chez toi ? Tu me quittes comme ça, sans me le dire. Et tu pars pour je ne sais où. "

"  C'est mieux pour tout le monde. "


Je fermais le coffre pour rejoindre le siège conducteur.

"  Reste avec moi… Ne me quitte pas… Lucy… Reste avec moi… "

"  Je dois y aller je vais être en retard… "


Cela me fendait le cœur de la voir dans cet état, mais je ne pouvais pas. Je refermais la porte derrière moi.

"  Pars pas… Me quitte pas… Lucy… Je t'aime… Me quitte pas… Je t'aime… Je… Je… "

Ces mots étaient de plus en plus lointains, elle courait après la voiture et je prenais le risque d'accélérer encore un peu. J'appelais Léo pour qu'il vienne prendre soin d'Audrey, il habitait à deux pas, il serait là dans la minute. J'entendais encore ses sanglots. C'était la première fois qu'elle me disait je t'aime. La première fois et la dernière. C'est maintenant moi que les larmes habitaient. Moi aussi je l'aimais. Je l'aimais mais je la quittais. Non. Je la quittais parce que je l'aimais. Je me dirigeais chez sa mère c'était suffisamment loin pour qu'elle ne puisse me rejoindre avant que je ne sois déjà partie loin.

"  Bonjour, comme promis, je viens vous dire au revoir. Je ne m'attarde pas désolée, je suis déjà très en retard. "

"  Tu ne veux pas t'asseoir deux minutes, j'ai quelque chose à te dire. "

"  Je n'ai pas beaucoup de temps, désolée. "

"  Je te promets que ce ne sera pas long. Audrey vient de m'appeler "

"  Je suis vraiment pressée.. "

"  Et elle m'a dit qu'elle venait de te voir… "

"  Oui elle était devant chez moi. A l'instant. "

"  Je voulais mettre les choses au clair, parce que ce qui se passe est en partie de ma faute. La gifle que j'ai reçu je l'ai mérité. J'avais déjà croisé à plusieurs reprise Julie, une fois elle était venue boire un coup avec ses copines au bar, c'est moi qui l'ai servi. Elle se permettait de dire des choses horribles sur toi, ainsi que sur Audrey. Que tu étais une fille facile, parce que sinon tu ne serais jamais allée avec Audrey, qu'elle n'aurait aucun mal à te récupérer. Et j'en passe et des meilleures. Alors je lui ai versé son verre sur la tête, et je l'ai foutu dehors. C'était une semaine avant ce qu'il s'est passé, c'est pour ça qu'elle m'a sauté dessus. Pour se venger, elle ne savait pas qui j'étais. "

" Mais… Je… "

"  Ce n'est pas de ta faute. Ça aurait pu, mais ça ne l'est pas. J'ai simplement défendu mes filles. "


Je ne savais plus quoi dire, partagée entre l'envie de rire en imaginant Julie avec un demi sur la tête, et l'envie de crier.

"  Audrey a aussi quitté Sandro, juste avant de venir te voir. Elle pense que c'est pour cela que tu es partie sans rien lui dire. "

"  Quoi ? Mais… Ils étaient ensemble depuis 4 ans et… "

"  Et elle t'aime. "

" J'ai vraiment était trop conne… Qu'est ce que j'ai fait… "

"  Tu pensais la protéger… "

"  Et je l'ai perdu… "

"  Je ne pense pas… "

"  Je ferais mieux de partir... "

"  A bientôt Lucy… "


Je partis sans rien dire, je tournai et retournai dans ma tête toute l'histoire. Notre rencontre, les présentations avec Sandro, j'avais trouvé ce couple tellement beau et accordé. Puis le jour ou tout a basculé, notre premier baiser, sa demande, nos moments, leurs moments, mon attente… Je ne m'étais jamais vraiment mis à la place de Sandro. Il n'avait jamais présenté aucun signe de jalousie, bien qu'impatient parfois de voir Audrey. Mais je le comprenais sur ce point. Il avait tout comme moi accepté de la partager, sans se poser de questions. On était jeunes, on était amoureux, et on avait tous les deux besoin d'elle. Elle m'aimait ? Mais ne m'avait t'elle pas dit qu'elle l'aimait lui aussi ? Ce couple si parfait ? Que toute sa famille aimait et admirait. Cet homme l'aimait au point qu'après 4 ans ensemble il était prêt à la partager pour pouvoir la garder. Je pris la voiture et allai tout en haut d'une colline qui surplombait notre ville. Assise sur le capot de la voiture je regardai le ciel puis la vue, et alternai entre les deux. Que devais-je faire ? Si je revenais combien de temps encore devrais-je la partager ? Combien de temps encore le supporterais-je ? Mon cerveau avait ostensiblement oublié la partie où j'apprenais qu'elle avait quitté Sandro. Je repartis dans mes questions et plus j'essayais de réfléchir et moins je trouvais de réponses. A tel point que j'en étais venue à me poser la question de jouer à pile ou face mon départ. Les heures défilaient et je ne m'étais toujours pas décidé. Installée dans la voiture à cause du vent, le sommeil commençait à me gagner.


"  Audrey ? Mais qu'est ce que tu fais là ? "

"  Je te cherchais, et Léo m'a dit que je pourrais sûrement te trouver ici, alors je suis venue. "

"  Léo ? Mais… "

"  Je crois qu'il faut qu'on parle. "

Elle était encore plus belle que d'habitude. Elle me regardait en souriant. Et je fondis dans son regard. Je m'y perdais dedans. Ne voulait jamais en sortir. J'aimais le regard qu'elle portait sur moi. Ce regard tendre.

"  Lucy ? Tu m'écoutes ? "

"  Oui, excuse-moi. Tu voulais qu'on parle ? "

"  Je ne veux pas que tu partes, j'ai besoin de toi. Je t'aime. "


Elle me disait exactement ce que je voulais entendre. Pourtant mon ciel à ce moment là s'assombrit, d'un seul mot, elle fit effondrer mon monde.

"  Sandro et moi, on voudrait que tu reviennes... … "

Ainsi donc Sandro était toujours de la partie, et je ne pourrais le supporter encore longtemps.

"  On veut faire un bébé, et on voudrait que tu sois la marraine… "

Ma tête tournait, non j'étais figée et mon monde tournait, tout autour de moi, la moindre petite parcelle du monde était en mouvement, et je m'enfoncai dans le trou béant qui était sous mes pieds, elle continuait de me parler mais plus rien n'était audible. Je m'enfonçai encore plus profondément. Si profondément que je me retrouvai sur la banquette de ma voiture, les cheveux en bataille, les vêtements froissés. Je m'étais endormie, et ce n'était qu'un mauvais rêve. Je tentais de me persuader que ce n'était qu'un rêve. Et pourtant. Ce rêve avait arrêté ma décision. Je décidais de partir. Sans me retourner. En laissant tout derrière moi. J'envoyais un dernier message à ma patronne pour la remercier de tout ce qu'elle m'avait apporté et en m'excusant de la laisser comme ça. Et un à la mère d'Audrey pour lui dire que je ne reviendrais pas. Je décidais de ne pas appeler Léo, de peur qu'Audrey soit avec lui. Ou qu'Eva appelle directement Audrey pour lui dire. Je lui donnerais des nouvelles en temps et en heure. Je regardais une dernière fois cette ville que je n'avais jusqu'alors jamais quitté, posai mon téléphone à terre. Seul Léo me resterait ici. Au volant de ma voiture je partis pour une nouvelle ville, une nouvelle vie. J'avais pris soin d'appeler une tante qui pourrait m'héberger le temps de me retourner. J'oublierais tout d'ici. Et eux aussi m'oublieraient. Bien plus vite que moi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ménage à trois - Alexiel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ménage à trois - Alexiel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emission a la c** mais j'avoue je regarde - Secret Story
» Le ménage
» Nage de St Jacques à la coriandre et au lait de coco
» Soupe aux trois légumineuses -Louise
» Se bricoler un composteur avec trois fois rien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.S. :: Coin Histoires :: Fictions-
Sauter vers: