AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre sportive - Mack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mack
Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 607
Age : 37
A écrit : Rencontre sportive ; Home sweet Home ; A l'ouest de chez moi tome 1; Mouvement perpétuel; Soleil de minuit, Aurore boréale tome 1, 2 & 3 ; Galway
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Rencontre sportive - Mack   Lun 21 Sep 2015 - 0:43

Pseudo de l'auteur : Mack

Nombre de chapitres : 5

Rating de l'histoire : G (pour tous)

Genre de l'histoire : Romance - Sport

Résumé de l'histoire : une rencontre sur fond de football

Remarques diverses : Vieille histoire du site en l'état non réécrite


Terminée et Corrigée

_________________
"Il faut toujours viser la lune car même si on la rate on fini dans les étoiles"
Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mack
Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 607
Age : 37
A écrit : Rencontre sportive ; Home sweet Home ; A l'ouest de chez moi tome 1; Mouvement perpétuel; Soleil de minuit, Aurore boréale tome 1, 2 & 3 ; Galway
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Rencontre sportive - Mack   Lun 21 Sep 2015 - 0:44

La rencontre… Sportive…
 
C’était un samedi soir comme les autres, enfin pas tout à fait comme les autres. Je venais de rompre dans l’après midi avec ma petite amie du moment dont la jalousie maladive me tapait sur les nerfs. Pour me changer les idées les filles de l’équipe de football où je jouais m’avaient persuadée de les accompagner à une soirée. Je n’étais pas très motivée pour voir du monde mais on était maintenant sur le parking de la salle des fêtes. La soirée était organisée par  l’équipe féminine d’un autre club de foot avec lequel on s’entendait bien. Il faut dire que le fait que notre capitaine soit avec leur capitaine favorisait ‘le rapprochement’. A travers  la porte du hall on entendait déjà la musique. On a payé, on est entré et c’est à ce moment la que ma vie a changé.
 
Il y a foule au bar mais je ne la vois pas. Je ne vois que la fille qui est derrière et qui a relevé la tête quand la porte s’est refermée et qui me regarde. Il est impossible qu’elle ait entendu la porte avec tout ce bruit. Alors pourquoi juste à ce moment la. Je me suis arrêtée au milieu du chemin et ce qui me remet en route c’est une de mes amies qui me bouscule en voulant avancer. On joue des coudes pour se frayer un passage jusqu’au comptoir. Je vais volontairement à gauche pour être servie par ‘Elle’. On arrive à destination et la première tournée est commandée. Elle a légèrement du se pencher en avant pour nous entendre. Alors qu’elle se retourne pour préparer nos verres, je peux la détailler. Elle porte un jeans noir  près du corps mais pas moulant, une chemise bleu nuit dont elle a roulé les manches jusqu’au dessus du coude. Quand elle nous refait face, nos regards se croisent à nouveau. Je voudrais rester mais il faut faire de la place pour les autres assoiffés. Une table nous est réservée. Privilège du cœur. Alors que les filles parlent du match de demain, j’écoute à moitié ne pouvant m’empêcher de regarder la fille derrière le bar. J’aime sa manière de bouger. Une autre fille lui tend une bouteille de coca cola, elle la saisit et elles trinquent. Je ne peux retenir un frisson en voyant le mouvement de son pouce sur le verre de la bouteille pour enlever la condensation.  Je suis sûre qu’elle le fait machinalement mais pour moi c’est un geste très sensuel.
 
Nos verres vides, je me propose pour aller chercher une nouvelle tournée. Le bar s’est éclairci, beaucoup dansent. Je lui passe ma commande. Elle a les yeux bleus, je viens de le voir grâce au spot que le DJ vient d’allumer. Elle me sert, encaisse, je frôle sa main en récupérant ma monnaie. Et la j’ai un problème : 5 verres, 2 mains.
« Je vais t’aider. »
Je relève les yeux au son de sa voix. Elle contourne le bar, attrape les 3 verres de whisky-coca me laissant les 2 verres de bière plus grands. Arrivée à notre table, elle salut notre capitaine qu’elle n’avait pas vu tout à l’heure et repart.
 
La soirée se poursuit, je cherche à glaner des informations sur cette fille. Mon capitaine me dit qu’elle joue milieu de terrain. Sa copine m’en apprend un peu plus comme son prénom, son âge, qu’elle n’est pas d’ici  et que c’est sa première saison dans l’équipe. Et surtout que si elle est derrière le bar c’est parce qu’elle est la seule à ne pas boire d’alcool.
Alors que les autres dansent, je retourne me chercher à boire. Je n’ai pas vraiment mangé et les différentes tournées commencent à faire leurs effets.
« Un whisky-coc, s’il te plait. »
Je la vois se pencher vers moi un peu plus que tout à l’heure. Et c’est ses lèvres pas très loin de mon oreille que j’entends :
« Tu peux répéter, il a monté le son et je m’entends limite plus penser. »
Je tourne légèrement la tête sur le coté. Sa joue est toute proche de mes lèvres.
« Un whisky-coc, s’il te plait. »
« Ok ! »
Elle recule et prépare mon verre. La musique se calme un peu, la période slow commence. Le bar est calme en me ramenant mon verre, elle me dit :
« Alors tu viens de ‘l’ennemie’ ? »
Elle me demande ça en souriant. Les deux équipes étaient amies mais s’appelaient par jeux ‘les ennemies’. Je repense à ce que m’a dit son capitaine, elle vient de la grande ville rivale.
« Tu es plus ennemie que moi ici. »
« Vu comme ça, c’est vrai. »
« Vous faites un  beau parcours cette année. »
« Je vais le prendre pour les deux équipes. Vous aussi, vous êtes bien placé pour la montée. »
On discute un moment de football, du championnat de Ligue 1 et je ne suis pas étonnée qu’elle supporte l’équipe opposée à la mienne. D’autres consommateurs arrivent, elle me fait un demi-sourire s’excusant de devoir m’abandonner.
 
Le reste de la soirée est plus flou. J’ai un peu trop de whisky dans le sang pour me souvenir de tout. Une chose est sûre par contre c’est que j’ai son numéro de portable. Elle me l’a donnée vers 4 heures du matin et sur ce coup la mon capitaine m’a bien aidé en déclarant :
« Si tu lui donnes pas tu sais qui lui donnera si je le lui demande. »
J’aime l’esprit d’équipe.
 
 
J’ai eu du mal sur le terrain cet après midi et je n’étais pas la seule. Sortir la veille et se coucher à 6 heures du matin, ce n’est pas une bonne idée. Je prends le prétexte de savoir comment s’est passé son match à elle pour l’appeler dès que je suis chez mes parents. Je compte les sonneries, à la troisième j’entends sa voix et je comprends que je la réveille. Je me présente au cas ou et je m’excuse.
« Désolée de te réveiller. »
« Pas grave. Entre la nuit blanche et le match à 13h je me suis endormie dès que je me suis posée sur mon canapé. »
« Long week-end alors. »
« Très long. »
 
On discute un moment mais je sens bien qu’elle est crevée et qu’elle ne rêve que d’une chose, se rendormir. Elle accepte qu’on se voie en dehors du foot mais pas avant 15 jours car elle part en déplacement pour son travail. Elle me dit de choisir le lieu et l’heure et qu’elle s’arrangerait. Le dimanche suivant, je croise son capitaine et essaie de savoir ce qu’elle aime. Je veux choisir le bon endroit. Malheureusement, elle ne peut pas me répondre. Il ne me reste plus qu’à me fier à mon instinct.
 
***

_________________
"Il faut toujours viser la lune car même si on la rate on fini dans les étoiles"
Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mack
Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 607
Age : 37
A écrit : Rencontre sportive ; Home sweet Home ; A l'ouest de chez moi tome 1; Mouvement perpétuel; Soleil de minuit, Aurore boréale tome 1, 2 & 3 ; Galway
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Rencontre sportive - Mack   Lun 21 Sep 2015 - 0:45

Je travaille dans la ville où elle habite. J’ai donc choisi un bar ici. J’ai opté pour un truc sage et classique où il diffuse une musique que j’aime bien. Je lui ai envoyé l’adresse et l’heure par texto. On ne s’est pas reparlé depuis ce fameux week-end. Elle m’a juste répondu :
« Ok »
 
Je suis installée et j’attends. J’ai peur qu’elle ne vienne pas mais poser des lapins n’a pas l’air d’être son style. Pour confirmer mon avis, je la vois arriver. Elle porte un pantalon à pince noir, blouson en cuir et ordinateur portable en bandoulière. Sous son cuir, elle porte une  chemise bleue. Elle s’installe en face de moi.
On discute pendant 3 heures. J’apprends qu’elle est à moitié Suisse et c’est la qu’elle a vécu jusqu’à ses 18 ans. Je lui fais remarquer qu’elle n’a aucune trace d’accent. Et pour me contredire, elle se met à parler avec. Elle joue au foot depuis qu’elle a 7 ans mais qu’elle s’est essayée au hockey et à plein d’autre sport de glisse. Elle me fait rire, je me sens bien avec elle. A ce moment j’ai une envie folle de l’embrasser. Seulement à cet instant, je ne sais toujours pas si elle est gay ou hétéro. J’ai beau essayer de trouver les signes mais rien n’est clair. Au cours de la discussion ma main se pose sur la sienne. Ce contact est agréable. Elle regarde nos mains et la dans ses yeux ce n’est pas une ombre que je vois passer mais tout un troupeau de nuages. Et noirs les nuages, bien noirs. Elle retire sa main, se lève et me dit qu’elle doit partir. Je la retiens par le poignet.
« J’ai fais quelque chose de mal ? »
« Non, tu n’y es pour rien. C’est ma faute. »
« Je peux t’aider ? »
« Non, tu ne peux rien faire. Je ne suis pas douée pour les relations amoureuses. Pour les relations tout court en fait. Il vaut mieux qu’on en reste la je ne veux pas te faire de mal ou te blesser. »
Elle pose sa main sur la mienne qui tient toujours son poignet. Je le lâche doucement. Ma main reste dans la sienne, ses yeux plongés dans les miens comme si elle essayait de me faire comprendre quelque chose. Mais je ne comprends pas. Elle laisse glisser ma main et sur un dernier sourire se détourne et quitte le bar. Je me rassieds et j’essaie d’analyser ce qui s’est passé. Tout allait bien jusqu’à ce que je la touche. La première idée qui m’est venue pour expliquer son départ c’est le fait qu’elle n’est pas lesbienne et que je lui ai fait peur. Mais elle a parlé de relation amoureuse donc ce n’est pas le faite que je sois une fille qui la gène.
 
J’ai quitté le bar un peu triste. Dans ma chambre chez mes parents, allongée sur mon lit je réfléchis à la suite des évènements. J’appelle mon capitaine pour lui demander de me trouver l’adresse mail ou toutes autres coordonnées sur la fille qui remplit mes pensées depuis plus de deux semaines.
 
***

_________________
"Il faut toujours viser la lune car même si on la rate on fini dans les étoiles"
Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mack
Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 607
Age : 37
A écrit : Rencontre sportive ; Home sweet Home ; A l'ouest de chez moi tome 1; Mouvement perpétuel; Soleil de minuit, Aurore boréale tome 1, 2 & 3 ; Galway
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Rencontre sportive - Mack   Lun 21 Sep 2015 - 0:46

J’ai laissé des messages partout où j’ai pu : son portable, sa boite mail, son fixe… Partout. Mais rien, silence radio. Trois mois que j’espère un signe. Un truc. N’importe quoi. Mon capitaine joue les indiques pour moi et apprend qu’elle est au Québec depuis 2 mois.  Super elle a mit l’atlantique entre nous. Je déprime. Les filles ont beau essayé de me remonter le moral rien n’y fait.
 
Mais le destin a décidé de me donner un coup de pouce. Une finale de coupe. Un match l’une contre l’autre. Elle sera la je le sais sa capitaine me l’a dit. Pas de fuite possible, on joue dans la même zone.
 
Le jour du match est là. J’ai une boule au ventre. Premièrement à cause du match parce que c’est une finale tout de même mais surtout parce que je vais la revoir. Il y a de l’effervescence partout. Sur le parking du stade, je l’ai entraperçue à la descente du car. Elle n’a pas changé, ses cheveux sont peut être un peu plus long. A l’échauffement elle porte le maillot de l’équipe qu’elle supporte. J’entends les autres la charrier un peu mais je la sens concentrée.
Enfin le début du match. Les deux capitaines se tiennent à coté de l’arbitre. Etrange situation. Elles sont en couple et vont jouer l’une contre l’autre. Elles vont s’affronter. Et moi de mon coté, ne vais-je pas affronter la femme que j’aime ? Car oui je l’aime ça c’est sûr. De chaque coté du rond central, chacune dans son camp, nous nous regardons. Avec le soleil ses yeux sont plus clairs presque gris. Coup de sifflet, coup d’envoi, les dés sont jetés. Ça passe ou ça casse.
 
Premier ballon, premier contact. Mon cœur bas plus vite. Est-ce à cause d’elle ou de l’accélération que l’on vient de faire ?  La consigne de mon entraineur : marquage strict sur elle. Il l’a déjà vu jouer et il la craint. Donc j’applique, je ne la lâche pas d’une semelle. Chaque ballon est âprement disputé. On finit souvent parterre. Elle sur moi, moi sur elle. A chaque fois que le ballon est loin, je lui parle.
« Je m’en fous que tu ne sois pas douée pour les relations. Je veux essayer avec toi. »
« Peu importe que tu me blesses. Je suis solide plus que tu ne sembles le penser. »
« Et qui te dit que ce ne sera pas différent cette fois. »
Elle ne répond pas mais elle écoute, je le sens.
 
82ème minutes de jeu. 82 minutes de ‘bagarre’. J’en peux plus. Il reste 8 minutes à tenir. Mes muscles brulent et ça fait un moment que j’ai dépassé le second souffle. Il y a corner pour elle. Je suis au marquage encore plus proche que d’habitude. La fatigue physique et mentale me pousse à jouer le tout pour le tout. Les lèvres près de son oreille pour qu’elle seule entende je lui murmure :
« Je t’aime. »
Elle me fait face. Elle est étonnée. Son regard en dit long. Elle va pour dire quelque chose mais l’arbitre siffle. Le ballon est en jeu. Elle va le jouer de la tête moi aussi mais j’ai 1/4 de seconde de retard et mes cinq centimètres de moins qu’elle, ne m’aide pas à la devancer dans les airs. Elle frappe le ballon de la tête qui va se loger dans l’angle supérieur droit de notre cage. Elle vient de marquer. Mais elle ne profite pas de son exploit car notre gardienne arrivée en retard elle aussi vient de lui mettre son poing dans la figure, sans aucune intention de vouloir la blesser mais dans l’élan elles se sont percutées. J’ai un peu été secouée dans le contact mais moins qu’elle qui est évacuée du terrain pas très consciente. Je sors aussi. Je suis inquiète. Le match est passé au second plan. Je suis à coté d’elle et je lui tiens la main. Il lui faut bien 5 minutes pour retrouver ses esprits. Une bosse est apparue au dessus de son arcade et sa pommette commence à bleuir. Ses yeux papillonnent et s’ouvrent enfin. Elle sert un peu plus ma main et tourne la tête vers moi et avec ce demi-sourire qui la caractérise elle me lance :
« C’est interdit par la convention  de Genève d’utiliser des armes pareilles. »
Je lui souris à mon tour et sert sa main plus fort en retour. Je l’aide à s’assoir. L’arbitre vient de siffler la fin du match. Son équipe a gagné. On reste assise la pendant que les vainqueurs sautent partout et se tombent dans les bras et que les vaincus se consolent. Chacune est venue la voir mais j’ai l’impression qu’elle n’y fait pas attention. Elle tient toujours ma main dans la sienne. On ne se lève que pour aller chercher nos médailles et même à ce moment là, je ne suis pas sur que la lumière soit revenue à tous les étages de son cerveau.
 
***

_________________
"Il faut toujours viser la lune car même si on la rate on fini dans les étoiles"
Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mack
Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 607
Age : 37
A écrit : Rencontre sportive ; Home sweet Home ; A l'ouest de chez moi tome 1; Mouvement perpétuel; Soleil de minuit, Aurore boréale tome 1, 2 & 3 ; Galway
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Rencontre sportive - Mack   Lun 21 Sep 2015 - 0:46

Si les 3ème mi-temps sont connues au rugby, je peux vous dire que les fêtes d’après match dans notre région valent le coup aussi. Les deux équipes se sont bien sur retrouvées pour faire la fête ensemble après car adversaire sur le terrain mais surtout amies en dehors. De chansons de supporters en chansons à boire, le champagne, la bière et bien d’autres boissons coulent à flot. La fille de mon cœur à maintenant un joli cocard. Je la vois sortir par la baie vitrée, je traverse la pièce pour la rejoindre. Elle est debout au milieu de la terrasse et regarde le ciel et les étoiles. Je m’approche en silence, noue mes doigts aux siens et pose ma tête sur son épaule. On reste comme ça un moment. Puis elle se tourne vers moi et sans me lâcher elle fouille dans sa poche de sa main libre. Elle en sort sa médaille et me la tend.
« Tiens, prends la. C’est toi qui a gagné aujourd’hui. Mais je te préviens, c’est à tes risques et périls. »
Je n’ai qu’une réponse à donner à ça. Je l’embrasse. Je pose d’abord délicatement mes lèvres sur les siennes. Elles sont douces et chaudes. Mes mains se posent sur sa taille. Je me rapproche un  peu plus. Ses bras sont toujours le long de son corps c’est comme si elle subissait ce baiser. J’ai envie de lui crier de lâcher prise, de se laisser aller, de répondre. Et comme si elle m’avait entendue, je sens ses mains sur mes reins, sa bouche qui s’entrouvre et sa langue qui vient toucher mes lèvres. Plus de calcul, tout devient plus intense, plus fort. Je suis plaquée à elle. Mon bassin comme soudé au sien. Mes mains sont maintenant sur sa nuque. Ce qui nous arrête, c’est le manque d’oxygène. Ses yeux brillent et j’aime ça. Je frissonne la fraicheur de la nuit est tombée. Elle ôte sa chemise et me la pose sur les épaules. Je passe les bras dans les manches et je sens sa chaleur et son parfum. 
 
La soirée se termine pour nous vers 3 heures du matin. Elle me ramène chez mes parents. On vient de faire 40 kilomètres et il lui en reste encore 60 à faire pour rentrer chez elle. Alors qu’elle se gare devant le portail de la maison. Je me tourne sur le siège.
« On se voit demain ? »
« Ça ne va pas être possible.»
« Pourquoi ? »
« Je prends l’avion dans 6 heures. Et je reviens dans minimum 1 mois.»
« Oh. »
Je suis déçue et triste. Je sors de la voiture, elle fait de même. Alors que j’avance vers l’entrée, elle m’attrape par le poignet et me retourne en me tirant contre elle.
« C’est pas si long 1 mois. »
« Tu as dit minimum. »
« Dans 1 mois, je suis la. Ok. »
C’est elle qui m’embrasse et je sens comme un adieu dans son baiser.
 
***

_________________
"Il faut toujours viser la lune car même si on la rate on fini dans les étoiles"
Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mack
Modo
avatar

Féminin
Nombre de messages : 607
Age : 37
A écrit : Rencontre sportive ; Home sweet Home ; A l'ouest de chez moi tome 1; Mouvement perpétuel; Soleil de minuit, Aurore boréale tome 1, 2 & 3 ; Galway
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Rencontre sportive - Mack   Lun 21 Sep 2015 - 0:47

15 jours qu’elle est partie. 15 jours que j’essaie de la joindre. La plus part du temps je tombe sur sa messagerie et quand j’arrive enfin à l’avoir on parle 2 minutes et elle doit aller faire autre chose. Je déprime à la terrasse d’un café devant un diabolo grenadine. Nous sommes dimanche, nous sommes fin juin. Mon portable posé sur la table se met à vibrer. J’ai reçu un message.
« Tu t’ennuies ? »
Il est d’Elle. Je réponds.
'Oui.’
« A quoi tu penses ? »
‘Je pense à toi.’
« T’as trop attendu, y’a plus de glaçon dans ton verre et à l’occaz tu me rendras ma chemise. »
Je regarde mon verre, je regarde mon portable, je regarde sa chemise que je porte. Je regarde autour de moi avant d’entendre :
« Regarde devant toi ça sera plus simple. »
C’est Elle, elle est devant moi, en jeans 3/4, chemise à petites manches, ses lunettes de soleil sur les yeux, un verre à la main et son demi-sourire.  Je dois mettre du temps à réagir car elle me dit :
« Salut. T’es sur que ça va ? »
« Oui, oui. C’est juste que je ne m’attendais pas à te voir. »
« Je suis passée chez tes parents, ils m’ont dit que je te trouverai ici. »
« Pourquoi tu es la ? »
« Officiellement ou officieusement ? »
« Les deux. »
« Officiellement pour récupérer des vêtements. »
« Et officieusement ? »
« Pour te voir et te faire une surprise. »
 
On passe la journée ensemble. Elle laisse sa voiture chez mes parents et je la conduis à l’aéroport en fin d’après midi. Elle dit qu’elle m’appellera. J’ai du mal à la laisser partir. Une journée c’est trop court.
 
Le mercredi suivant une enveloppe est arrivée par courrier spécial chez mes parents. Dedans il y a un billet d’avion et un petit mot :
« Si tu n’as pas peur de l’avion vient me rejoindre pour le week end. »
Je n’en reviens pas, elle m’a payé un billet d’avion pour que j’aille la voir. Je dois partir vendredi en début de soirée et revenir dimanche soir. Et après elle ose dire qu’elle n’est pas douée pour les relations !
J’ai pris l’avion. Je flippe en avion mais là ça valait le coup de se faire un peu peur. Elle était là, elle m’attendait dans le terminal. J’ai appris à la connaitre un peu plus pendant ces deux jours. Et à partir de la j’ai plus voulu la laisser partir.
 
L’histoire dure depuis bientôt cinq ans maintenant. Nous avons construit beaucoup de chose ensemble. J’ai découvert son univers et sa vie, comprit certaines choses. Bien que certains passages restent encore dans l’ombre. Je l’aime toujours autant et elle me le rend chaque jour.



_________________
"Il faut toujours viser la lune car même si on la rate on fini dans les étoiles"
Oscar Wilde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre sportive - Mack   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre sportive - Mack
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RANDO SPORTIVE COTENTIN
» activité sportive à 4 ans
» Activité "sportive" pour un 18 mois
» Camion MACK circuit
» JAPONAISE SPORTIVE RARE EN EUROPE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.S. :: Coin Histoires :: Fictions-
Sauter vers: