AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 A fleur de peau - Lampadophore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2489
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: A fleur de peau - Lampadophore   Mer 6 Avr 2016 - 20:25

Pseudo de l'auteur : Lampadophore

Nombre de chapitres : 1

Rating de l'histoire : NC17
Genre de l'histoire : Drame, Erotisme

Résumé de l'histoire :

Envy absorbée par ses démons, Akira future reine. « L’absence, le manque d’amour, la certitude - sa découverte – que sans amour je me noie et que je me suis toujours noyée. Mais l’absence vive, le corps de l’absence, la toucher à présent, la respirer. Effort inédit que cette attente à laquelle je me livre, conçue par ma main, mon âme." A.P Touche moi et n'embrasse plus notre absence. Explose encore une fois.



Terminée et Corrigée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2489
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: A fleur de peau - Lampadophore   Mer 6 Avr 2016 - 20:28

Envy dépérissait, une seconde fois. Elle errait seule en cette nuit d'été, ne sentant plus l'herbe fraiche sous ses pieds, ne sentant plus ses ongles enfoncés dans sa chaire, ne sentant plus les larmes perler sur ses joues. Elle sentait juste cette lourdeur estivale omniprésente qui l'enfonçait. Elle voulait partir, mais la « vie » en avait décidé autrement. Elle continuait donc de marcher prostrée, la tête vide, le corps vide se laissant emportée. Envy détruisait les gens. Malgré elle, son mal trop dévastateur pour être contenu en une unique personne s'accaparait des autres. Elle abritait un monstre, et en était certainement un.

L'espace d'un instant son cerveau recommença à fonctionner, ses pensées allèrent directement à Elle, Elle qu'elle avait démolie. Un éclair la transperça de tout son long en déchirant son cœur et chaque infime partie de son être. Elle s'affaissa. Elle l'aimait, la tuait. Envy avait essayé de la repousser, elle avait essayé de ne pas l'aimer, mais en dépit de toutes ses paroles elle avait besoin des autres. Elle avait besoin d'Elle qui était apparue un jour qui lui avait fait violence sans jamais renoncer et qui l'avait extirpée des ténèbres pour les enfermer dans son propre corps de jeune reine. Oh oui elle serait magnifique dans ce rôle, du moins si elle survivait...

Que cela s'arrête... Un mal forcené la parcourait, elle voulait retrouver cet engourdissement de l'esprit qui assurait sa survie. Elle n'aimait pas vivre mais mourir impliquait d'affronter cette affliction surhumaine. Et elle ne voulait pas. Ses sentiments étaient démentiels. Détruire en aimant mais vivre pour aimer... Le paradoxe de son âme et des démons qu'elle recelait.

Durant cette brève phase de lucidité, Envy entraperçut une lumière non loin d'elle. Péniblement la jeune fille s'évertua à se relever, s'agrippant aux souples graminées, les arrachant. Passés d'aigres efforts elle parvint enfin à se tenir debout. Chancelante. La lumière l'attirait, comme un papillon cherchant à se brûler. Mal assurément elle se dirigea vers son nouveau but, aussi insignifiant qu'il soit elle en était fanatique. L'obsession du désespoir. En se rapprochant elle se rendit compte que la lumière émanait de la douche d'extérieur, d'autant plus intriguée elle pressa le pas. Du moins, autant qu'il en était possible en titubant gauchement sur ce vaste tapis vert humide et accidenté.

Elle y était. Encore quelque pas et son engouement et sa curiosité disparaitraient aussi soudainement qu'ils étaient apparus emportant cruellement avec eux l'infime soulagement qu'ils lui avaient octroyé.

5 pas, 4 pas, 3 pas... Envy se figea, un rictus torturé se saisit de son délicat visage pour ne plus s'en défaire. Ô malheur, Ô destin ingrat ! Un son était parvenu jusqu'aux oreilles de la jeune fille, un son qui était sa géhenne personnelle. Des sanglots. C'était un crime de laisser s'échapper le liquide si précieux de Ses yeux. C'était un crime de La faire souffrir. C'était un crime de L'aimer. Son ange déchu, les ailes lourdes d'eau et de ressentis.

Cataclysme.

Envy écartelée se rua sur son amour mais se stoppa net, à quelques centimètres d'Elle. L'eau ne coulait pas. Elle était recroquevillée sur elle même, sa fine robe d'été était trempée à l'instar de ses longs cheveux d'albe qui collaient à sa peau dont la pureté ne s'était aucunement altérée malgré ses larmes cristallines. Envy était dévastée par la souffrance qui se peignait sur ce visage. Elle en était la cause ! Comment quelqu'un pouvait infliger autant de désolation sans en mourir instantanément ?! Elle avait peur de la toucher, peur qu'à son simple contact impur Akira s'écroula inerte. Elle était coincée et restait là tétanisée, l'échine courbée par tant de fatalité sans pouvoir se résoudre à faire quoi que ce soit. Après de longues minutes à partager leur douleur commune Envy sortit de sa torpeur incapable de voir une goutte de plus être abandonnée au sol. Elle se rapprocha d'Akira et s'accroupit face à celle-ci. Elle toussota pour s'éclaircir la voix et rendre cette dernière plus douce puis s'essaya à la parole. Ses mots se voulaient murmures et caresses :

- Ma ché...

Akira releva vivement la tête, scrutant la brune d'un regard vide.
Envy se ravisa. Faux départ. De quel droit pouvait elle encore la surnommée ainsi ?! A croire qu'elle était totalement inconsciente ! Se maudissant elle reprit :

- Akira... Que fais-tu là ?

Une larme perla puis une voix étouffée et inégale se fit entendre.

- Je prends une douche...

Mon Dieu que cette voix lui avait manqué, certes elle la fit frissonner de détresse tant elle était anémique mais elle s'enivrait de chacune de ses tonalités.

- Un nouveau concept ? Plaisanta t-elle en esquissant un sourire contrit. Activité nocturne, lave les vêtements en même temps que la personne et n'utilise pratiquement pas d'eau ! Très économique...

La jeune reine lui lança un regard suppliant.

- Je te prie de m'excuser... C'était déplacé et totalement inutile. Mais par pitié ne reste pas là, tu vas tomber malade...

Akira garda la tête baissée.

- Et alors ?
- Et alors ?! S'exclama l'ainée désemparée. Je ne veux pas que tu te fasses du mal !
- Et alors ?

Envy soupira, elle ne récoltait que ce qu'elle méritait... A sa grande surprise son interlocutrice reprit la parole :

- TU me fais du mal.

C'était fait, la meurtrière venait d'être identifiée par la victime. Elle retint ses larmes et commença à se lever :

- Je sais... Souffla t-elle

Elle était maintenant debout, prête à partir lorsque la cadette se prononça.

- Tu sais, je comptais vraiment prendre ma douche... Mes cheveux sont enduits de sel grâce aux petites qui ont voulu me noyer dans la mer.

Étonnée Envy se retourna vivement et put apercevoir le spectre d'un sourire fuyant.

- Elles payeront pour cet affront ! S'offusqua t-elle. Tu as l'air fatiguée, tu en fais de trop avec ces petits monstres... Ajouta t-elle d'un air plus sérieux.
- Rabat joie ! A l'institution on ne les voit que très peu et puis je crois qu'Alecks m'a adoptée...
- Ah ! Bah si c'est Alecks alors... Je ne puis me prononcer face à ses cinq petites années. Dit la brune gentiment.

Cette situation était étrange comme si les maux avaient été estompés l'espace d'une discussion. L'une comme l'autre ne s'en plaignait pas.

- Bon, n'empêche que du haut de ses cinq ans elle m'a tuée ! Je n'arrive plus à me lever... Akira regarda Envy dubitative, Tu m'aides ? Dit-elle en tendant les mains.

La jeune fille déjà debout perdit toutes expressions.

- Akira... Écoute...
- Hey ! Ce ne sont pas tes mains qui vont m'ôter la vie... Si ? La coupa sèchement la jeune reine.
- Je ne sais pas, je ne peux pas te toucher...
- Bah pourquoi ?

Envy comprima les poings, elle l'aimait tellement.

- Parce que. Dit-elle les dents serrées. Je ne veux pas que tu me pardonnes...

La blanche se renferma, son visage devint impassible comme elle savait si bien le faire lorsqu'elle souffrait.

- Pardonner... Je n'attends même plus tes excuses. J'ai été idiote voilà tout, je savais à quoi m'attendre en m'investissant avec une personne comme Toi.

Ces derniers mots avaient été lancés avec un mépris qu'Envy ne lui connaissait pas.

- Je n'ai plus qu'à assumer, ajouta la cadette en se relevant péniblement.

Elle tangua, peinant à se maintenir debout.

- Tu vois je ne suis pas si fai...

Elle s'écroula durement au sol. Envy se jeta sur elle paniquée puis l'entoura de ses bras pour la remettre sur pied. Elles étaient proches, trop proches. La brune chercha le regard d'Akira mais se heurta à des paupières vigoureusement fermées d'où perlaient quelques larmes.

- Akira ?! Qu'est ce qu'il y a ? Mais parle à la fin !
- Rien, répondit elle froidement
- Je sais qu'on a toujours été très fortes dans l'emploi des antiphrases mais là ne me dis pas qu'il y a rien. S'il te plaît...

La blanche irritée haussa la voix.

- Bien sûr qu'il n'y a pas rien ! Qui mieux que toi peut le savoir ?! Mais t'es tu demandée pourquoi je ne voulais pas parler ? Avant de penser à ton esprit tortueux qui n'aspire qu'à me tirer les vers du nez pour satisfaire ses questions ? T'es tu vraiment interrogée sur le pourquoi j'ai si mal ? Avec toi les gens sont écrasés, tu es égoïste à un tel point... Tu n'es pas capable de faire la moindre des concessions et tu ne l'assumes que faussement pour conserver cette coquille qui t'entoure continuellement. Dès que quelqu'un t'approche tu joues les misanthropes. Mais regarde toi Envy, tu n'es rien, rien de plus que tous ceux que tu dénigres.

Elle s'interrompit. Son expression changea, ses yeux incandescents perdirent de leur éclat, pour devenir ternes, vulnérables. Ses épaules s'affaissèrent et elle baissa la tête comme si une force implacable la rongeait de l'intérieur. La désillusion. Dans un murmure elle continua :

- Et je suis tombée amoureuse de ça... De la femme à ne pas aimer. De celle qui se fiche des sentiments humains car elle s'en est lassée. Elle les a bannis. Celle qui ne vit que pour mourir, à la recherche de la facilité.

Les mots se bousculaient, s'entrechoquaient, ils se battaient corps et âme avec cette douleur malsaine pour finalement abdiquer face aux origines du mal, ses sentiments. A ce jeu là, la raison ne l'emporte jamais. Sa prestance lui faisait faux bond, à force de se blesser pour absorber l'affliction d'autrui elle finissait désarmée dans les bras de sa pire faiblesse. Les larmes découlaient de ses yeux sans retenue, elle payerait pour ce moment d'abandon. En tant que future Reine elle n'avait pas le droit de flancher, pas le droit de vivre.

Désemparée Envy se resserra contre ce corps si fort et sensible. Elle ne connaissait que trop bien les paradoxes. Son cœur s'emballait : trop de proximité tue ! Elle caressait les cheveux d'Akira, tâchant de la calmer, et d'apaiser son propre cœur si misérable par la même occasion.

- Chuut, je n'ai pas la prétention de connaître ton mal être mais je peux t'affirmer que sans toi je m'étiole à la vitesse d'une fleur qui se fane... J'ai besoin de toi, mais je préfère mourir que te tuer... Dit-elle d'une voix étranglée.

Elle déposa un léger baiser sur ses cheveux marmoréens et fit mine de réfléchir.

- Hum, il est vrai que la mer ne t'a pas ratée, il y a plus de sel que de cheveux sur ce crâne ! Allez, sous la douche !

Elle se détacha doucement d'Akira et l'entraina délicatement sous la douche de peur de la brusquer.

Elles étaient ailleurs. L'eau chaude s'abattait agréablement sur leurs jeunes visages pour continuer de s'écouler jusqu'à leurs pieds. Akira toute habillée se laissait aller sous ce fluide cristallin et salvateur, tanguant dangereusement. Son ainée lui tenait les mains et veillait à ce qu'elle ne s'écroule pas tout en essayant d'éviter l'eau... Malgré tous ses efforts pour se tenir à l'écart ce fut un échec : Envy était trempée. Cette dernière qui n'avait à présent plus rien à craindre de l'eau étant donné que celle-ci figurait sur chaque parcelles de son corps se rapprocha inconsciemment de sa dose d'adrénaline. Quitte à mourir pour elle autant que ça soit plaisant ! Son cœur se mit à palpiter violemment, menaçant de lui faire exploser la poitrine. Délectable souffrance. Elle fixait l'objet de sa torture : ses traits étaient moins crispés que quelques instants auparavant. Elle était magnifique. Entourée de ce halo aqueux elle levait la tête en direction des cieux, les yeux clos et sa bouche si délicate entrouverte. Envy l'admirait, elle n'osait plus bouger, hypnotisée.

Soudain Akira sursauta, en sentant les mains de son amie se desserrer autour des siennes elle était sortie de sa transe et avait été surprise de trouver Envy totalement paralysée si proche d'elle. Elle essaya de reprendre un peu de contenance et se fit violence pour avoir un air détaché :

- Euh, Envy ?
- Hein ?

La brune était perdue, désorientée elle regardait innocemment autour d'elle en agitant la tête de tous les côtés. Akira se mordit la lèvre inférieure « Que les Dieux me foudroient de suite ou bien ce sera ma folie qui mènera à ma perte ! Comment diable voulez-vous que je lui demande de prendre ses distances alors que tout mon corps en furie la réclame ?! Je vais souffrir, mais ne suis-je pas assez immunisée pour courir le risque de m'abandonner à la volupté ? »

- Je euh... tenta Akira totalement déboussolée.

Elle croisa le regard de son ainée. En une fraction de seconde les yeux de celle-ci, embués de candeur, changèrent du tout au tout pour laisser transparaitre une déchirure sans nom.

- Désolée, s'excusa Envy abattue, je, je ne voulais pas...

Que dire, que faire lorsque la personne qui fait battre votre cœur, le fait mourir en même temps ? Lorsque cette personne si impassible se montre si vulnérable ? Eh bien dans ce cas là vous sortez la première connerie qui vous passe par la tête...

- Hum tu m'aides à me déshabiller ? Je suis vraiment lessivée...
- Hein ?

Quelques secondes s'écoulèrent le temps qu'Envy comprennent ce qui lui était demandé.

- Euh... Oui.

Tel un automate elle passa derrière Akira et descendit la fermeture de la robe jusqu'au creux de ses reins. La cadette frissonna.
Les mains tremblantes la brune continua. Elle fit glisser les bretelles le long de ces fins bras de marbre. La robe tomba au sol suivie de près par les sous-vêtements.

C'était son heure. L'ange auquel elle avait arraché les ailes apparaissait nu devant elle. Ultime châtiment et son cœur l'abandonnerait. Elle entoura la jeune reine de ses bras et l'attira amoureusement contre elle. Les deux jeunes femmes restèrent ainsi tremblantes comme si le temps s'était arrêté sous l'eau qui ne cessait de couler. Envy posa sa tête au creux du cou de l'être tant désiré et fit doucement glisser ses mains jusqu'aux seins galbés de son amante. Elle les caressait lentement, s'imprégnant de chacune des dernières sensations.

- Excuse-moi... Dis-moi de partir, sinon je n'y parviendrai pas... La supplia t-elle amèrement.

Akira posa délicatement ses mains sur celles l'enserrant. Un murmure suivi d'une larme perdue dans le flot constant du jet d'eau se fit entendre. « Reste ».

- Je t'ai survécu, c'est la rupture qui me tue, poursuivit Akira.
- Non, tu finiras détruite. Personne ne me survit...
- Arrête un peu de te croire au dessus de tous ! Je sais où sont mes limites.
- Ah oui ?! Quelles sont-elles ? La mort peut être ?!
- Arrête tes conneries, indubitablement tu me feras toujours mal à cause des sentiments que j'ai à ton égard.
- Tsss, et quels sentiments ! Tu crois ressentir quelque chose car je suis différente de toutes ces personnes qui t'ont déçue. Et encore ! Tout à l'heure tu disais que j'étais similaire à eux... Je peux te dire une chose : je ne suis pas mieux, je ne suis pas similaire, je suis pire !
- Et je t'aime.

Ces mots secs, d'habitude si tendres venaient de clore la discussion. Envy lâcha Akira et celle-ci s'effondra se tapant durement la tête contre le sol. Elle ne se releva pas.

L'ainée resta debout, le regard dans le vague, ses pensées luttant contre la folie. De longues minutes passèrent avant qu'elle ne se précipite sur le corps nu qui gisait à ses pieds. Elle la secoua. Pas de réponse. Inquiète elle la prit dans ses bras et se dirigea vers la chambre de la blanche. Envy se dépêchait la serrant fort contre elle : elles avaient beau être en été, il n'en faisait pas moins nuit et Akira était trempée.

Par chance la porte n'était pas verrouillée et la brune l'ouvrit à la volée. Elle déposa la jeune reine toujours inconsciente sur le lit et partit chercher des serviettes. Elle en prit une pile puis revint à côté de son amante. Elle en enroula une autour de ses longs cheveux blancs, deux autres sur son corps et la frotta doucement.
Akira commençait à recouvrer ses esprits, elle s'agitait légèrement. Envy s'allongea à côté d’elle et lui caressa le front.

- Chuut, tu es dans ta chambre, tu es tombée dans la douche, tu n'as pas trop mal à la tête ?
La cadette encore sonnée ne répondit rien et se serra contre l'ainée.

- Euh... C'est pas que je n'aime pas ton contact hein mais je suis encore trempée Moi !

Akira entrouvrit les yeux et parla d'une voix éteinte.

- C'est vrai que je te trouvais légèrement humide... Ma tête va bien je suis juste dans les vapes. Et je sais que je suis tombée sous la douche par contre qu'est ce que tu fais là ? Je vais bien donc tu peux partir à présent...
- Je partirai si tu le veux vraiment.

La blanche se redressa sur ses coudes et répondit excédée.

- Hahaha laisse moi rire ! Tout à l'heure tu me suppliais de t'envoyer chier pour me laisser tomber sans trop culpabiliser et maintenant quand je te dis de partir tu résistes ! Tu veux réellement me déchirer jusqu'à la moelle ?! Tu sais la force qu'il m'a fallu pour te dire ces conneries ?
- Donc tu ne veux pas que je parte.
- Si...
- Très bien, dit elle en se levant.

Akira cria et se jeta instinctivement sur Envy.
- Non...

Les larmes perlaient une fois de plus sur ses joues pour aller s'écraser sur le visage d'Envy.

- Hey... Je suis pas assez trempée pour toi ? Demanda t-elle affectueusement en séchant les larmes de la cadette.
- Oh, excuse-moi, répondit Akira en se relevant, va te sécher...
- Tu n'auras jamais rien à te faire pardonner, rétorqua l'ainée, mais j'avoue que des serviettes chaudes ne seraient pas de refus !

Elle se leva et partit dans la salle de bain, pensive. Que faisait-elle ? Pourquoi diable persistait-elle ? Personne ne pouvait être aussi égoïste... Elle allait l'entrainer dans sa chute finale. Un trop plein d'énergie, de violence, de haine la submergea. Dans un accès de fureur son poing si gracieux d'ordinaire s'élança d'une force insoupçonnée pour se fracasser contre le miroir. Brisure sanglante, libération divine. La douleur entrainait son animosité dans le liquide vermeil ; elle avait l'impression que celle-ci se défaisait d'elle à l'instar du sang qui découlait de sa main meurtrie. Envy observait sa délivrance sanglante lorsque la porte s'ouvrit. Akira s'approcha d'elle à grands pas, angoissée.

- Mais qu'est ce que tu fous ?!

Fébrile, elle regarda le miroir, le sang, le poing puis attrapa brusquement le visage d'Envy entre ses mains la forçant à la regarder dans les yeux. Akira parla sévèrement.

- Tu vas arrêter ça de suite ! Pourquoi te punis-tu tout le temps ? La douleur pour endiguer la douleur ne sert à rien...

Envy baissa les yeux.

- Regarde-moi !

Akira, malgré sa taille inférieure la força à relever le menton et plongea son regard dans les yeux d'argent qu'elle aimait tant. Ils étaient souffrants, incertains, sibyllins.

- Tu arrêtes... Continua t-elle.

Le regard planté dans celui de la brune, elle guettait l'ombre d'une réaction quand celle-ci, sans crier gare, dans un élan de désespoir, déposa ses lèvres sur les siennes. Akira fut violente, elle la gifla.

- Je ne veux pas de ça ! Pas comme ça... Pas une autre manière de souffrir.

L'ainée poussa un gémissement désespéré empli de doléance et se risqua à une autre marque de violence. Ses lèvres n'étaient que posées sur celles de son amante, tendres elles attendaient, à grande peine, la permission de s'adonner à une danse tant passionnelle que mortelle. Akira leva la main... Une intense vague de sentiments sur-réels la submergeait avec force, balayant tout sur son passage à l'égal de sa main qui retomba inerte sur son flanc. Son cœur était comprimé, écrabouillé par ce réveil brutal de tant d'émotions. Imbroglio.

Envy perçut ce changement d'attitude. Elle dut se faire violence pour ne pas perdre pied et devenir totalement indomptable. Elle l'attira contre elle aussi calmement que son corps chauffé à blanc lui permettait. D'un geste saccadé elle passa sa main valide dans le cou de la cadette. Ses lèvres, tremblantes, bougèrent légèrement et du bout de sa langue elle caressa celles d'Akira. Son ambroisie, chaudes, délicates, charnues. Douceur chimérique. Un gémissement étouffé se fit entendre. Envy n'en pouvait plus, cette fille la rendait folle, elle allait se consumer sur place. Ses sentiments à l'état pur, volcaniques refaisaient surface. Un humain n'était pas à même de résister à tant de forces, elle allait ployer, devenir incontrôlable. Elle se raidit et serra son poing libre.

- Aïe...

Elle se décolla, à regret, du visage éthéré d'Akira qui gardait les yeux fermés de peur de voir fuir le rêve. Après une contemplation désireuse de son amante elle jeta un coup d'œil agacé à sa main criblée de bouts de verre qui, paradoxalement, reflétaient joliment la lumière de la pièce. Elle soupira.

Connaissant Envy pour sa torture personnelle de l'esprit et ses changements d'humeurs démesurés, Akira ouvrit promptement les yeux à l'entente de ce soupir, se préparant à une déception imminente, un âpre retour à la normale. Inquiète elle détailla en quelques secondes tous les traits du visage de son ainée qu'elle connaissait par cœur.

- Tu as mal ? Demanda t-elle interloquée.

Envy esquissa un sourire et répondit.

- Très... La frustration est entrain de m'achever de l'intérieur !! Connerie de main... Excuse une fois de plus mes actes s'il te plait, j'ai détruit ton miroir, et ce moment...

Une vague de soulagement déferla sur Akira.

- C'est vrai que cette glace industrielle et hideuse made in china va terriblement me manquer ! C'est un soir de deuil ! Plaisanta la jeune reine. Bref, je dois avouer que j'aime te voir culpabiliser de temps à autres, mais s'il te plait, évite de le faire pour ce débris accroché au mur ! Dit-elle en riant attendrie. Reprenant son sérieux elle fronça les sourcils. Bon, montre-moi cette main, tu veux aller à l'infirmerie ?
- A l'infirmerie ?! Tu rigoles j'espère... On va nettoyer ça vite fait et si j'ai la gangrène et bah tant-pis ! Je mourrai de quelque chose !

Après ces mots les deux jeunes femmes se regardèrent intensément, leurs désirs croissants en osmose, elles se ruèrent vers le lavabo. Akira attrapa de quoi faire un bandage et une pince à épiler tandis qu'Envy se hâta d'ouvrir l'eau. Sans un mot, fébriles, elles nettoyèrent les plaies laissant le sang se mêler à l'eau créant des nuances rosées sur la céramique. La brune secoua sa main puis la tendit à la cadette pour que celle-ci lui fasse un bandage. Elle lui permit à peine de finir de nouer le pansement et la colla contre le mur. Un petit rire cristallin s'échappa de la gorge d'Akira.

- Qu'est ce qu'il y a ? demanda Envy intriguée qui commençait à caresser un sein de la blanche par dessus un peignoir inutile selon elle.
- Rien, tu es juste très... entreprenante. Ce n'est pas pour me déplaire hein ! Affirma la jeune reine en déposant quelques baisers sur les lèvres de la brune.
- Bah... Va falloir t'habituer ! Vu qu'à partir d'aujourd'hui je ne suis qu'à toi, tu vas m'avoir 24h/24 dans ton lit ! Nue bien évidemment !

La blanche se rembrunit.

- Je ne te demande pas la fidélité...
- Mais moi, je veux te la donner. Dit Envy en lui caressant la joue.
- Ne promets pas des choses que tu...

L'ainée la coupa, capturant passionnément ses lèvres. La cadette, après avoir compris ce qui lui arrivait répondit ardemment à ce baiser. Elle ferma les yeux poussant, de temps à autres, quelques soupirs involontaires. Leurs langues s'entremêlaient à la fois douces et chaudes elles se redécouvraient, amoureuses. Aux prises avec une exaltation sans nom, Envy ploya sous le poids insensé de ses désirs passant une main dans l'encolure échancrée du peignoir. Le contact de la peau brulante la fit frémir. Elle aurait voulu abandonner son corps fiévreux aux flammes voluptueuses du plaisir charnel. S'abandonner à elle.

A bout de souffle leurs lèvres se décollèrent, un silence des plus intimes régnait laissant libre cours à leur respiration saccadée. Akira ouvrit doucement les yeux et découvrit le large sourire essoufflé de son amante qui ne tarda pas à s'exprimer :

- Tu disais ? Demanda Envy vibrante.
- Déshabille-moi.

Les gestes précédèrent la parole et le peignoir tomba laissant apparaître les courbes majestueuses de la chaire. Akira attendait droite, exposée, vulnérable. L'ainée retint son souffle, se calmer il fallait absolument se calmer. Elle la parcourait du regard, désireuse. Ses cheveux d'ivoire aériens glissés finement entre ses deux seins pointant fièrement. Son ventre fuselé arpenté d'un sillon illustrant ses muscles délicats. Ses jambes d'albâtre au galbe inconcevable. Sa peau laiteuse et frémissante... Tous ses doutes, toutes ses peurs s'évaporèrent. Seule la passion dévorante demeura. Elle voulait la voir constellée de sueur arrachant les draps la griffant au sang marquant à jamais sa jouissance. Oh oui elle voulait la sentir de tout son être, immortellement.

Envy captivée comme toujours, enfouit sa tête dans le cou de son amante et inspira profondément enivrant ses sens de cet arôme qu'elle seule connaissait. Tout le temps elle se perdait, troublée par la beauté de la jeune reine, elle abandonnait se donnant corps et âme.

Elle frotta doucement son visage contre la nuque déliée d'Akira, puis, excédée elle posa ses lèvres sur la peau satinée. Sa bouche osant le blasphème s'entrouvrit goutant à la soie sucrée. Ses dents ne tardèrent pas à se joindre à la partie, mordillant, plissant tendrement l'opale immaculé.

A ce contact la tête de la jeune reine bascula en arrière laissant le flot de cheveux marmoréens lui caresser le creux des reins. Le soupir qu'elle retenait obstinément depuis de trop longues minutes lui échappa. Un sentiment de manque s'emparait peu à peu de son corps, la consumant de l'intérieur. Elle avait besoin de ressentir cette plénitude qui envahissait son âme lorsqu'elle était au plus proche d'Elle, lorsqu'elle sentait Son souffle saccadé sur sa peau, lorsque son corps emporté d'une vague irréductible se trouvait propulsé au plus haut. A fleur de peau.

Les cheveux envolés laissèrent le jeune cou d'Akira à nu, offert, hurlant. Cette vision acheva Envy faisant voler en éclats ses dernières chaines. Dans une plainte désespérée elle se pressa durement contre le corps dénudé de son amante. Le désir la rongeait, lacérant son ventre tiraillant son cœur. Les battements violents de celui-ci lui arrachèrent un cri étouffé. Le vide de son être au paroxysme elle se jeta littéralement sur les lèvres d'Akira.

Jamais une passion si douloureuse ne pourra être décrite anéantissant chaque infime composant de ce monde. Invulnérable elle effaçait tout laissant uniquement ces deux corps coexister au delà de l'éther.

Malgré la proximité la frustration n'était aucunement apaisée, les vêtements d'Envy la gênait, lui brulait la peau. Comme ébouillantée elle se dégagea de l'objet de toutes ses tortures et arracha son chemisier laissant les boutons de nacre s'éparpiller au sol. La fermeture de son jean sauta et elle s'extirpa difficilement de ce dernier l'envoyant rageusement valser dans un coin de la pièce. Suite à ce combat acharné les sous-vêtements n’étaient que formalité. Les derniers bouts de tissus ardents à terre la brune croisa le regard fasciné d'Akira. Ce regard qui la fit fondre. Elles se regardèrent haletantes, complices à la limite de l'implosion. La jeune reine s'avança tremblante et posa précautionneusement ses mains sur les seins tendus de son ainée comme si ce geste risquait de lui faire mal. Elle respira profondément fermant les yeux. Elle ressentait l'air comme un feu avide de la dévorer.

Envy la regardait, savourant le contact de Ses paumes contre sa peau en effervescence. Mais la douleur qui n'avait d'égal que son désir ne mit pas longtemps à refaire apparition compressant son cœur, lui coupant la respiration qui ne lui serait rendue que lorsqu'elle L'aurait comblée à épuisement. Sachant pertinemment qu'il ne servait à rien de lutter, l'ainée laissa libre cours à ses envies et se saisit brusquement des mains de la cadette la plaquant contre le lavabo. Ses mains parcoururent Ses cuisses, glissèrent jusqu'à Ses fesses, douces, charnues. Envy la souleva sèchement, la faisant s'asseoir sur la céramique. Elle la voulait, de suite, l'entendre crier, la sentir se crisper, se libérer. Ses mains passèrent fébrilement à l'intérieur de Ses cuisses, les saisissants elles les écartèrent. Brutalement.

Akira vint chercher les lèvres de sont amante. Elles se refusèrent à elle, esquissant un sourire en coin. Totalement exposée elle poussa un gémissement plaintif, tendant le cou à se le briser. La jeune Reine tenta de descendre de son perchoir pour se coller à son bourreau du cœur, en vain. Elle fut repoussée avec force faisant tomber un gobelet et quelques tubes de crèmes dans un bruit sourd.

Envy la fixait, prédatrice. Elle allait lui faire l'amour comme aux autres, violemment. Désirant plus que jamais la marquer, être imprimer indélébilement en elle. L'ainée daigna enfin lui offrir ses lèvres, voraces. Elle se pressa contre la blanche, s'agrippant aux fesses de cette dernière, au plus près d'elle. Ses mains véhémentes étaient partout mémorisant chaque parcelle de ce corps tant aimé. La cadette passa ses bras autour du cou d'Envy qui les dégagea immédiatement.

- Non, dit elle d'une voix autoritaire.

Akira trépignait, elle se tordait dans tous les sens, pleurnichait ne supportant plus le poids de son désir.

- Envy... Pitié !
- Dis-moi que tu m'aimes, dis- moi que nous ne serons plus jamais séparées !
- MAIS JE T'AIME ! PRENDS-MOI MAINTENANT, PRENDS-MOI !! Hurla la jeune reine à s'en briser la voix totalement hors d'elle-même, l'esprit brouillé. Sa poitrine se soulevait dangereusement.

L'ainée sourit, elle n'attendait que ça, la voix rauque elle répondit :
- A tes ordres, mon amour.

Ses lèvres étouffèrent un soupir d'extase échappé de la bouche de son amante. Elle saisit un mamelon durci d'Akira et passa son autre main, frénétique, entre les jambes tremblantes de la blanche. Sans pouvoir se contrôler la cadette agitait son bassin, impatiente. Ses plaintes saturées de désir emplissaient la pièce. Elle sursauta lorsque deux doigts entrèrent en contact avec ses lèvres. Ceux-ci glissaient d'une lenteur exaspérante entre les doux replis de la chair. La jeune reine planta ses ongles dans les tendres épaules de son ainée, la suppliant d'une voix étranglée :

- En moi... S'il te plait !

Envy ne se fit pas prier, sa main sur le sein d'Akira se contracta lui arrachant un cri de douleur. Puis, d'une seule traite elle La pénétra sèchement, au plus profond. Akira sous le choc se mordit la lèvre inférieure jusqu'au sang retenant un deuxième cri. La brune l'embrassa passant sa langue sur la chair meurtrie. Elle se retira puis ses doigts s'enfoncèrent une deuxième fois dans l'intimité de la jeune Reine. Elle l'explorait comme une désespérée, violemment libérant son cœur de l'oppression. Akira se cabra, tout avait disparu autour d'elle, seul existait cette délivrance de la chair, ce plaisir brut qui l'assaillait de toute part. Elle le sentait s'emparer d'elle. La cadette criait, hurlait secouée par Envy qui la pénétrait inlassablement de ses trois doigts. S'en était trop, ses mains se serraient et se dé-serraient comme convulsives autour des épaules de la Brune. Sa bouche plongea dans son cou le mordant, tentant d'étouffer les sons d'extases indomptables. Elle écartait les cuisses du plus qu'elle pouvait. Une vague insurmontable, électrique l'envahissait, elle allait succomber. Elle la submergea. Akira oubliant son appartenance humaine se cambra a s'en briser le dos, crispée, sa jouissance l'emporta en un cri dans des contrées transcendantales telle une renaissance. Des larmes s'écoulaient de ses yeux. Nirvana.



Envy inquiète ralentit la cadence de ses va-et-vient. Elle se pencha sur son amante l'embrassant tendrement.

- Ma chérie ? Akira ? Tu es venue si rapidement... Ça va ?
- Je, oui.
Elle se redressa tremblante
- Je crois qu'il va me falloir un peu de temps...

Envy esquissa un sourire attendrie, comblée. Elle parsema le cou, la poitrine de la blanche de baisers puis s'accroupit. Doucement elle se retira et posa ses lèvres contre celles brulantes d'Akira. Elle fit délicatement glisser sa langue entre celles-ci, cherchant à les apaiser. Elle lécha amoureusement laissant un peu de liquide couler dans sa gorge persuadée qu'elle ne serait plus jamais complète sans ce brin de femme.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
 
A fleur de peau - Lampadophore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ramoneur (CoalFace)
» Paint pot qui sèche ?
» Aide pour les pro palettes !
» Turquatic
» fap carbonized

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.S. :: Coin Histoires :: Fictions-
Sauter vers: