AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Imparfaites - Vikvika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2487
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Imparfaites - Vikvika   Dim 15 Mai 2016 - 17:31

Pseudo de l'auteur : Vikvika

Nombre de chapitres : 1

Rating de l'histoire : G
Genre de l'histoire : Romance

Résumé de l'histoire :

Une histoire qui aurait pu être très belle sans un problème majeur...



Terminée et Corrigée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
YulVolk
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2487
Age : 38
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: Imparfaites - Vikvika   Dim 15 Mai 2016 - 17:32

- Amandine ! Descends s'il te plait ! Il faut qu'on te parle !
- Hm... J'arrive.
Je me traîne mollement hors de mon lit, je regarde l'heure "16:47" ! Mon dieu ! Je me suis endormie ! Je m'en suis même pas rendue compte !... De toute façon, on s'en fout, ce n'est pas ça qui va changer ma vie !!
Je glisse mes petits petons dans mes pantoufles bien bien moelleuses à souhait... à vrai dire c'est leur seule qualité... Elles sont vraiment moches ! Jaunes ! Jaune pétard ! Pas jaune pâle comme le papier peint de ma chambre, pas non plus jaune fluo... jaunes, et le jaune ben... C'est vraiment moche sur des pantoufles, complètement atroce ! Ma tante doit être daltonienne ! Elle ne m'aurait jamais offert ces pantoufles si elle avait su leur réelle couleur !! Elle ne m'aurait jamais offert de telle immondices !... Enfin bref ! Pas que ça me dérange de parler de mes pantoufles, mais faudrait peut-être que j'y aille.
J'arrive en bas de mes escaliers, oui, MES escaliers ! Tout un étage de la maison m'appartient... Disons que mes parents ont plutôt bien réussi leur vie alors ils ont acheté une super grande maison, et comme je suis fille unique, ils ont décidé de m'offrir tout le troisième et dernier étage.... ce n'est pas cool ça ??
- Vous êtes où ?? criai-je du bas des escaliers en fixant le plafond, si si c'est très utile j'vous assure !
- Là ! répond une voix venue de je ne sais où.
- Où ça là ?? Y'a trois étages au cas où vous ne l'auriez pas remarqué !
- Dans le salon !Gnnn, ils le font exprès !
- Et... lequel ??
- 2ème étage !
Je marche le long du couloir et entre dans le salon. Ma mère est assise sur le canapé, mon père est accoudé sur le dos du canapé derrière elle.
Je prends un fauteuil et m'assois avant de leur lancer un regard qui se veut interrogatif.
- Bien... Qu'est-ce qu'il se passe ?
Mon père me regarde, sourit et soupire...
- Eh ben... c'est assez difficile à dire...
- Papa ! J't'en pris ! J'ai plus cinq ans ! Tu peux y aller franco ! Ca doit pas être si terrible que ça !
- J'ai une autre fille
Blam ! Je le regarde, les yeux exorbités.
- Mais... D'où tu me dis ça comme ça toi ?! Tu peux y aller avec plus de délicatesse !!
- Pardon mais… c'est toi qui m'as dit...
- Mais attends ! J'pensais pas du tout à ça moi !! Tu te rends compte de ce que tu viens de me dire ???
Je me lève et commence à hausser le ton, surtout qu'à mes yeux le fait qu'il ait une seconde fille signifie qu'il a trompé ma mère… il n'y a pas d'autres solutions... Cette idée m'énerve encore plus...
- En plus, je sais très bien ce que ça veut dire !
Mon père fronce les sourcils et regarde ma mère avant de me regarder de nouveau.
- C'est-à-dire ?
- T'es allé voir ailleurs !!! Je te hais !! T'es dégueulasse !
- Mais... Mais non !! Pas du tout !! Laisse-moi t'expliquer avant de m'insulter comme ça !! Tu te prends pour qui !?
- Désolée je n'aurais pas du…
- Si tu veux savoir, j'ai connu ta mère il y a dix-neuf ans mais à cette époque, j'étais avec une autre femme... J'ai appris aujourd'hui, il y a quelques heures à peine, que lorsque je l'ai quittée, elle était enceinte
- Oh, je... pardon... j'suis vraiment désolée...
Je me rassoie, confuse. Je suis tellement sotte, tellement impulsive...
- C'est pas grave Amandine... Il faut que je te prévienne... Elle va venir vivre ici quelques temps
- Quoi ??
- Sa mère est malade, elle n'en a plus que pour quelques semaines d'après les médecins et elle n'a pas assez d'argent pour pouvoir se prendre en charge totalement et puis... tu sais, c'est ma fille, j'ai envie de la voir...
Je hoche la tête, compréhensive, ça va me faire bizarre... très bizarre... J'ai toujours eu l'habitude de ne pas avoir à partager mes affaires... il va sûrement falloir que je m'occupe d'elle au début.... quoique... si elle est née il y a plus de dix-huit ans, elle doit savoir se débrouiller quand même !
- Nous allons la chercher après-demain
- Nous ?? La chercher ?? Où ça ??
- Oui NOUS, on y va tous les trois et oui la chercher, elle n'a pas de moyen de locomotion et puis c'est la moindre des choses.
- Bon… ok... euh, elle s'appelle comment ??
- Irvina
Je grimace, dieu que c'est moche !! Enfin... c'est surtout inhabituel...bref...
- Bon ben, je vais remonter... à moins que vous ayez quelque chose d'autre à me dire ?
- Non c'est bon... tu peux y aller.
Je rentre dans ma chambre, me vautre littéralement sur mon lit et m'endors. Honnêtement, il me tarde après demain.

Autant d'habitude le temps me semble filer à une vitesse impressionnante à tel point que j'ai l'impression de ne jamais pouvoir vivre pleinement chaque moment, autant là, je donnerai tout pour pouvoir avancer la date d'un jour. D'autant plus que je n'ai vraiment rien à faire de ma journée et je n'ai vraiment pas envie de m'abrutir devant la télé.
J'essaie d'imaginer à quoi peut bien ressembler cette fille... mais je divague à chaque fois, le mieux est que j'attende demain... alors vivement demain !!
Enfin !!! Je suis dans la voiture, prête à partir. Mon père aussi, il semble aussi excité si ce n'est pas plus que moi à l'idée de voir sa fille. Ma mère, elle, traîne de la patte... On la presse et c'est parti, plus que quelques heures !

Après une heure et demie de route, nous arrivons enfin à l'hôpital. On sort de la voiture, entre dans le hall et on se rend à l'accueil. On nous indique le nom de la chambre mais il nous faut attendre encore une heure avant de pouvoir lui rendre visite. Nous allons dans la salle d'attente et ben… on attend !
Un quart d'heure plus tard, une jeune fille entre dans la salle à son tour, enfin, jeune... j'ai l'impression d'avoir cent ans et plus aucunes dents quand je dis ça. Cette fille doit avoir aux alentours de dix-sept ans. Nos regards se croisent, échanges de sourires puis elle se plonge dans la contemplation de ses chaussures. Je l'observe, c'est fou ce qu'elle est belle ! Elle est brune, mais je suppose que c'est une teinture, donc brune, les cheveux plutôt courts coiffés en mèches qui tombent sur son visage. Elle fronce les sourcils, elle semble ne pas avoir vraiment dormi depuis plusieurs jours. En même temps, ça peut se comprendre, elle doit sans doute avoir un amie ou un membre de sa famille souffrant, allongé dans un des lits de cet hôpital.
Elle relève les yeux, nos regards se croisent de nouveau... Je soutiens son regard, elle soutient le mien. Un sourire charmeur se dessine sur ses lèvres, je lève un sourcil, intéressée. Qu'a-t-elle donc à me proposer ?
J'ai sans doute omis de dire que je suis homo... Je me suis rendue compte de mon attirance pour les filles il y a déjà quelques années, je ne savais pas quoi faire du tout au début puis finalement je m'y suis faite et maintenant je ne me vois pas autrement qu'avec des filles... Par contre, j'ai toujours bloqué en ce qui concerne le fait de l'annoncer à mes parents...
La fille regarde sa montre et se lève. Elle me montre la porte d'un signe de tête avant de sortir. J'attends quelques secondes puis je me lève à mon tour, préviens mon père que je vais aux toilettes puis je sors.
Je me retrouve nez à nez avec elle.
- Salut
- Salut
- Tu viens ?
- J'te suis.
Elle me prend la main et me traîne jusqu'aux toilettes. On entre dans une des cabines. A peine la porte fermée, elle se jette sur moi et m'embrasse goulûment en me plaquant contre le mur. Je frissonne au contact de ses seins sur mon corps. Nos mains commencent à se balader, la sienne descend et trouve facilement son chemin dans mon pantalon. Sa bouche étouffe mes gémissements les plus forts.
Quelques minutes plus tard, nous sortons des toilettes. Nous remettons de l'ordre dans nos personnes, dernier baiser et nous rejoignons la salle d'attente. Je rentre en premier pour ne pas faire flag et je m'assois à coté de mon père.
- T'en as mis du temps ! Ca fait presque un quart d'heure que tu es partie !
La fille rentre à son tour, tiens, je ne sais même pas son prénom...
- Heu j'ai mis du temps à trouver les toilettes et il y avait du monde...
Je rougis un peu... Je replonge mon regard dans celui de mon "amante", l'esprit encore dans cette cabine de toilette...
J'aime ses yeux, ils sont magnifiques, ils me font penser à ceux de mon père, légèrement bridés, l'iris d'un vert indescriptible, entre le vert émeraude et le vert kaki... enfin, je ne sais pas vraiment comment les décrire, ils sont magnifiques c'est tout...
Je prends un stylo dans mon sac et écris sur ma main "m'appelle amandine et toi ?"
Elle regarde, sourit, saisit le premier journal qui lui passe sous la main, se lève et se dirige vers moi.
- Excusez-moi, j'ai vu que vous aviez un stylo... je n'en ai as et j'adoooooorerais faire ces mots-croisés ! Vous pourriez me le prêter ?
Je pouffe et le lui tends. Elle repart à sa place et écrit sur sa main. Une fois qu'elle a finit, elle me montre sa main et je lis. "T'as un très jolie prénom, moi c'est Irvina mais préfère Nina..."
Mes yeux deviennent énormes...
Elle semble ne pas comprendre mon étonnement. Une infirmière entre dans la salle, elle signale que les personnes venues voir madame Strabinsk peuvent aller lui rendre visite. Je baisse les yeux vers ma montre quand je vois mon père et ma mère se lever ainsi que... Nina !
Je déglutis, ce n'est pas vrai !! Je me lève à mon tour, mon père semble avoir compris qu'il a à faire à sa fille.
Il s'avance vers elle et demande prudemment, encore trop nerveux pour prendre de l'assurance.
- Irvina ?
- Euh... Oui ?
- Tu… oh ! Mon dieu ! Tu es magnifique !
Je souris, elle me regarde et sourit à son tour.
- Euh... Qui êtes vous ?
- ...Ton père
A son tour, elle ouvre des yeux énormes, elle le regarde les larmes aux yeux avant de sauter dans ses bras. Tous les deux s'étreignent, tellement que je me demande comment ils arrivent à respirer.
Ils se lâchent enfin. Mon père me prend par les épaules et sourit fièrement.
- Voici ma fille, Amandine.
Nous nous sourions, elle hoche la tête. Mon père lui présente ma mère et nous partons voir cette femme qui nous a fait nous réunir. Nous entrons tous, je fronce le nez : Ca pue !!! C'est atrocement atroce !
Elle part s'asseoir à côté de sa mère, mon père la rejoint, ils parlent, je n'écoute pas. Je me sens de trop, je crois que ma mère aussi. Nous saluons quand même cette femme qui nous regarde puis je prends une chaise et m'assois. Elle vient me rejoindre. Elle s'accroupit devant moi, ses mains sur mes genoux pour pouvoir être à ma hauteur.
- Tu sais, pour tout à l'heure, je...
- On en parlera plus tard, s'il te plait, c'est pas vraiment le moment.
- Ok...
Elle hoche la tête et m'embrasse sur la joue, un peu près des lèvres... Nous nous regardons, perdus dans nos pensées.
BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIP

Nous relevons la tête. Ca y est, elle est morte... bizarrement je me sens mieux, sans doute parce je sais que nous allons enfin quitter cet endroit bientôt. Ce n'est pas que je n'aime pas les hôpitaux, mais là je ne sais pas, je ne peux pas parler avec Nina et ça me dérange. Et puis il y a une sorte d'ambiance morbide depuis que nous sommes entrés dans cette pièce, ça m'oppresse, et je n'aime pas ça.
Nous nous approchons tous les quatre du lit pour rendre un dernier adieu à celle qui vient de mourir puis un médecin entre et nous demande de sortir quelques minutes. Nous sortons donc.

Quelques heures plus tard, nous sortons enfin de chez Nina, nous sommes allés prendre ses affaires chez elle après avoir signer tout plein de paperasses pour le décès.
Il règne un silence lourd, personne ne parle, Nina pleure en silence aussi...

On arrive enfin à la maison, le luxe semble étonner Nina qui a des yeux gros comme des oeufs. On dirait une petite fille de cinq ans qui s'émerveille devant une vitrine de jouets pour noël. Elle est encore plus craquante !
- Bon, il est tard, nous irons faire quelques courses demain. En attendant, il y a une chambre libre au troisième étage, ou peut-être que tu préfères avoir quelqu'un avec toi cette nuit ? Demande ma mère un peu hésitante.
- A vrai dire oui, j'aimerais bien avoir quelqu'un avec moi cette nuit... mais je ne veux pas que ça dérange bien sur !
- Tu peux dormir avec moi si tu veux, ça ne me dérangera pas du tout, dis-je
- Pourquoi pas… elle sourit.
- Bon, c'est réglé... vous voulez peut-être manger un morceau avant d'aller vous coucher ?
- Veux bien.
- Veux bien aussi.
On monte les affaires de la nouvelle venue à mon étage puis on redescend pour manger un bon gros sandwich.
Le "repas" fini, on remonte toutes les deux et je lui fais une rapide visite de la maison en lui expliquant les règles essentielles.
On revient dans ma chambre. Elle est plus ou moins rangée, heureusement que maman m'a " gueulotté " dessus (spéciale dedi a Gaelle^^) un petit coup pour que je la range avant qu'on parte. J'aurais vraiment eu honte de présenter ma chambre dans l'état dans lequel elle était il y a quelques jours.
- J'suis désolée mais y a qu'un lit, deux places, au moins c'est déjà ça. Ca ne te dérange pas de dormir dans le même lit ? Je me retourne pour être face à mon lit, soit dos à elle pendant que je parle.
Je sens ses mains se poser sur mes hanches, elle remonte doucement...
- Qui a parlé de dormir ? me murmure-t-elle à l'oreille.
Elle m'embrasse doucement dans le cou... je me laisse totalement faire même si une partie de moi me crie que ce n'est pas bien, que c'est ma demi-soeur et que je ne devrais pas...
Je ferme la porte à clef, sans quitter ses lèvres une seule seconde, et nous passons de nouveau un moment totalement excitant et fatiguant... cette fille est vraiment... waow !

Ce matin, je me réveille à peu près en même temps qu'elle, elle me regarde...
- Salut, dit-on en même temps.
Je souris, elle pouffe.
- T'as l'air d'aller mieux qu'hier…
Elle sourit tristement et se blottit encore plus dans mes bras, sa tête entre mes seins. Je lui caresse doucement les cheveux. Je m'en veux d'avoir parler de sa mère.
Elle se met à me mordiller la peau, ses mains commencent à se balader et c'est reparti...

-Mon dieu ! Mais t'es une vraie bête de sexe ! dis-je, près d'une heure plus tard.
- Que veux-tu ?... Et puis ça marche par deux ! Ce n'est pas de ma faute si tu m'excites autant !
Je prends l'air offensé et tourne la tête de l'autre côté, elle mordille mon lobe d'oreille.
- Je suis désolée... je sais qu'on n'a pas à faire ce genre de chose, je te jure que si j'avais su qui tu étais hier matin je n'aurais rien fait du tout.
- Non... ne dis pas ça... Il ne faut pas que ça soit un problème entre nous.... Je n'ai pas envie qu'on soit comme des soeurs, j'arrive pas à te considérer comme ça et pour moi tu ne seras jamais vraiment ma soeur... je ne dis pas ça méchamment... mais voilà, c'est trop compliqué...
- Je sais, c'est pareil pour moi... je t'aime Amandine !
Je l'embrasse tendrement.
- Moi aussi, chuchotais-je.
Nous nous levons, nous habillons et partons déjeuner.

Une semaine passe, Nina s'est installée dans ma chambre. Je partage désormais mon étage avec elle. Ca me fait bizarre de me dire que c'est à la fois ma soeur et ma petite-amie... Jusqu'à maintenant, ça avait toujours été incompatible pour moi...

Un mois passe, c'est bientôt la reprise des cours, Nina s'est inscrite dans une fac pas loin de la maison et moi je retourne à mon lycée faire ma première ES.
Un soir Nina et moi rentrons d'une soirée un peu arrosée avec des amis, nous montons directement dans notre chambre. Je pars prendre une douche, quand je reviens j'ai les idées déjà beaucoup plus claires.
Je me change devant Nina qui n'a presque pas bu, elle s'approche de moi et m'enlève les vêtements que je viens de mettre. Elle me fait tomber sur son lit. Elle s'allonge sur moi, je la déshabille à mon tour, elle descend le long de mon cou...
Soudain la porte s'ouvre. Ma mère ouvre grands les yeux devant le spectacle qui s'offre à elle.
- Vous deux !! s'écrit-elle après un long silence de frustration. Je crois que ça ne va pas bien dans vos têtes !! Rhabillez-vous tout de suite ! Je vous attends dans le salon dans une minute ! Pas une seconde de plus !!
Elle claque la porte.
Nina et moi nous regardons...
- Qu'est-ce qu'on va faire ? demande-t-elle
- Je ne sais pas...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesbiennes-stories.nice-forum.com
 
Imparfaites - Vikvika
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L.S. :: Coin Histoires :: Fictions-
Sauter vers: